Mettre en valeur les soft skills : l’arme de l’entreprise 2.0

    19 septembre 2022

    Abonnez-vous et restez à jour

    teamwork-g935de15ba_1920Promis, pas de publicité ! Vous allez recevoir que des emails interressants 🙂
      Julie KUNZLI
      Ecrit par
      Julie KUNZLI
      Sujet
      SE FORMER

      Mettre en valeur les soft skills, est-ce une bonne idée ? En réalité, il s’agit d’une excellente initiative ! Pour commencer, un constat s’impose : les soft skills se frayent doucement un chemin au cœur du monde RH. Peu à peu, elles deviennent non seulement indissociables des recrutements, mais aussi des actions de formation suivies par les salariés. Pour assurer la pérennité d’une activité, il est impératif de miser sur l’humain et le collectif. Ensemble, ils constituent la clé de l’innovation et du progrès. Dorénavant, le secteur Rh doit s’adapter aux mutations du monde du travail et, surtout, aux exigences des collaborateurs de demain. Disons-le, il s’agit d’un enjeu de taille. Alors, libérez-vous des carcans des anciennes pratiques RH, anticipez le changement et visualisez l’avenir de l’entreprise ! Pour ce faire, rien de tel que de mettre en avant les compétences comportementales de vos collaborateurs. À présent, place au décryptage de la GanapaTeam !

       

      Soft skills, hard skills, c’est quoi ?

      Mettre en valeur les soft skills pour recruter et former, cela en vaut-il la peine ? À l’heure où le monde de l’entreprise subit de profondes mutations, c’est un grand oui ! Avant toute chose, revenons aux basiques. Comment définir les soft skills et les hard skills ? Ganapati, votre partenaire RH, vous dit tout.

      Qu’est-ce que les hard skills ?

      Vous êtes responsable du recrutement au sein de votre entreprise ? Chaque jour, vous recevez une quantité impressionnante de curriculum vitæ ? C’est vrai, il n’est pas toujours facile de faire le tri parmi les candidatures. À ce titre, une question fondamentale se pose : quels facteurs prendre en compte ?

      Bien entendu, il n’existe pas de réponse unique. Chaque professionnel du recrutement priorise selon les besoins effectifs de l’entreprise. Dans la majorité des cas toutefois, les recruteurs s’intéressent de près aux hard skills.

      De manière générale, les compétences dures sont celles qui attirent en premier lieu l’œil aiguisé des recruteurs. En effet, les hard skills constituent le cœur de l’exercice de certaines professions. Autrement dit, les demandeurs d’emploi, dépourvus de la compétence demandée, seront éliminés du processus. Alors, prêt à décrypter les hard skills ?

      Les hard skills, ou compétences dures, se définissent comme des compétences de type académique, technique et mesurable. Dans la pratique, le candidat à un poste les acquiert au cours de son cursus scolaire/universitaire ou, encore, durant sa vie professionnelle.

      Comment peut-on s’assurer de la maîtrise d’une hard skill précise ? Cela tombe bien. Les hard skills sont des compétences mesurables. Les titres, les diplômes et les certificats apportés par le candidat servent à justifier leur acquisition. Ci-dessous, découvrez 3 exemples de hard skills :

      • Exemple n° 1 : la recherche d’un domaine de compétence spécifique. Si le chargé de recrutement est en quête d’un juriste fiscaliste, il écartera les postulants qui ne sont pas titulaires d’un diplôme sanctionnant un niveau de compétence suffisant.
      • Exemple n° 2 : la maîtrise d’une langue étrangère. À l’heure où le commerce international est à son apogée, il devient courant d’exiger la maîtrise d’une ou plusieurs langues étrangères, à l’instar de l’anglais et du chinois. Pour ce faire, il est possible de recruter un tel profil ou de former un collaborateur en interne.
      • Exemple n° 3 : la maîtrise d’une compétence informatique. L’entreprise nécessite parfois de nouvelles compétences. Il peut notamment s’agir de maîtriser un langage de programmation informatique comme Python. Dans cette situation, le RH peut opter soit pour un recrutement soit pour une formation en interne. Dans les deux cas, ce dernier se doit de lutter contre l’obsolescence de la compétence au sein de son organisation.

      Qu’est-ce que les soft skills ?

      Maintenant que nous avons décrypté les hard skills, passons aux soft skills ! Comme nous l’avons précisé ci-dessus, les hard skills se démarquent par leur objectivité. Toutefois, qu’en est-il des soft skills ?

      Comment définir les soft skills ?

      Les soft skills, ou compétences douces, possèdent une caractéristique commune : leur subjectivité. En la matière, les définitions varient. À ce titre, vous pouvez rencontrer les notions de :

      • savoirs comportementaux ;
      • qualités humaines ;
      • aptitudes relationnelles ;
      • etc.

      Une chose est sûre : il s’agit d’une compétence transversale. Autrement dit, sa mise en œuvre ne se rapporte pas à un contexte précis ou à une profession ciblée. Au contraire, elle trouve application dans une multitude de situations professionnelles, comme le management, le brainstorming et la planification.

      Attention, sa transversalité n’en fait pas une aptitude innée. Bien entendu, quelques prédispositions facilitent la tâche. Néanmoins, gardez à l’esprit qu’il est possible de se former ou de renforcer toute soft skill. Par ailleurs, vous pouvez établir un plan de développement des compétences qui tient compte de cette exigence.

       

      Quelle place pour les soft skills en entreprise ?

      Vous souhaitez mettre en valeur les soft skills dans vos recrutements à venir ? Avant toute chose, analysons la situation actuelle de l’entreprise et son rapport aux compétences comportementales !

      Quelle évolution pour les soft skills dans le monde du travail ?

      Pendant très longtemps, la fonction recrutement a fait fi des compétences comportementales. Dans certaines structures, cette négligence a abouti à nombre de désagréments, à savoir :

      • un turnover très important ;
      • un taux de démission élevé nuisant au bon fonctionnement de l’activité ;
      • une mauvaise entente entre les membres d’une même équipe ;
      • une discordance entre la vision de l’entreprise et le management pratiqué ;
      • etc.

      De toute évidence, les temps ont changé. Désormais, les professionnels du recrutement doivent faire preuve de résilience. Aujourd’hui, les talents ne se précipitent plus aux portes des sociétés. Il vous appartient de booster votre marque employeur et de séduire la sphère prisée des talents. Car, oui, ceux-ci sélectionnent leur futur employeur avec soin !

      Faire l’impasse sur les compétences comportementales, est-ce encore possible ? Bien entendu, à condition d’être prêt à se tirer une sacrée balle dans le pied… Pour l’heure, les soft skill n’ont pas totalement pénétré les process de recrutement. L’évolution de la formation en entreprise, suivie de près par celle de la fonction recrutement, constitue un premier grand pas. Selon le sondage IFOP en partenariat avec Lavazza de 2019, 67 % des cadres jugent que les compétences douces sont encouragées au sein de leur organisation. Alors, demeurons optimistes. « Tout vient à point à qui sait attendre. »

       

      Nouveau call-to-action

       

      Quelles sont les soft skills nécessaires en entreprise ?

      Vous vous demandez quelles soft skills pourraient être utiles à vos équipes ? Dans ce cas, vous ne pouvez pas mieux tomber ! Sachez-le, toute entreprise dispose de son propre fonctionnement et de ses propres besoins. Comme vous l’avez sans doute compris, cela signifie que les soft skills requises varient et évoluent. Pas de panique, toutefois ! Ganapati, l’interlocuteur privilégié des RH, partage avec vous sa sélection de compétences douces les plus intéressantes à renforcer :

      • # 1 Le leadership. Le monde de l’entreprise manque cruellement de leaders efficaces. Aujourd’hui, certains modes de managements s’avèrent tout à fait dépassés. Pourtant, de nombreuses entreprises continuent de se reposer sur un leadership désuet qui crée plus de problèmes qu’il n’en résout. Alors, intéressez-vous à l’alliance entre le leadership moderne et l’assertivité. En règle générale, cette forme démontre une grande efficacité. Vous souhaitez former votre équipe à cette soft skill ? Dans ce cas, découvrez la formation « leader assertif », une exclusivité Ganapati !

      • # 2 L’intelligence émotionnelle. Concept bien souvent galvaudé, l’intelligence émotionnelle désigne en réalité la capacité à écouter et à comprendre ses émotions et celles d’autrui. Sachez-le, cette aptitude peut faciliter votre vie professionnelle en fluidifiant vos échanges. Comment se traduit l’intelligence émotionnelle ? Eh bien, cela regroupe plusieurs facteurs, tels que la conscience de soi, le contrôle de soi, l’empathie et la maîtrise de ses relations. Les bénéfices de l’intelligence émotionnelle sont multiples. De manière générale, cette dernière favorise un environnement de travail bienveillant, minimise les conflits internes et accroît l’engagement des collaborateurs. Traduction ? Songez à développer votre intelligence émotionnelle avec Ganapati !

      • # 3 L’audace. N’en doutez pas, recruter un profil audacieux n’est jamais une mauvaise idée ! Toute entreprise a besoin de cerveaux en ébullition et, plus important, de collaborateurs capables de faire preuve d’initiative. Que vaut la zone de confort à l’heure où la concurrence fait rage ? Par ailleurs, n’hésitez pas à encourager et sensibiliser vos équipes à l’audace. Car, oui, dans le monde du travail, il faut savoir oser ! Ne l’oublions pas, toute organisation est tributaire de ses collaborateurs. Somme toute, c’est eux qui façonnent l’avenir de l’entreprise.

      • # 4 La propension à l’innovation. De nos jours, les transformations des organisations s’accélèrent. Ainsi, vous devez être paré à toute éventualité ! Pour ce faire, rien de tel que de dénicher des talents portés sur l’innovation. À notre époque, l’envie d’innover détermine notre capacité à se distinguer et, ainsi, à accroître notre compétitivité. Bien sûr, l’innovation prend différentes formes. C’est pourquoi la transversalité possède de nombreux atouts pour l’entreprise. Par exemple, il peut s’agir de renouveler des process dysfonctionnels ou, encore, de créer un produit original. Le conseil de Ganapati ? Nourrissez vos collaborateurs et optez pour l’innovation participative. Vous souhaitez confier la conduite d’un projet innovant à l’un de vos managers ? Dans ce cas, songez à le former au design thinking, la méthode de référence en matière d’innovation !

      Comment mettre en valeur les soft skill en entreprise ?

      De nos jours, les entreprises, désireuses de renouveler les pratiques RH, accordent une grande importance aux soft skills. En tant que RH, il est de votre responsabilité de recruter et d’assurer la formation de vos collaborateurs. Lorsqu’on possède les bons talents, il faut les garder !

      En effet, vous devez préserver (ou renforcer !) la dynamique et la cohésion d’équipe ainsi que la compétence au sein de l’entreprise. Soyez-en sûr, cela passe notamment par l’inclusion. Quoi de mieux que la diversité pour décupler les forces d’une équipe ? Oui, il s’agit de l’ingrédient secret capable de faire des étincelles, notamment en séance de brainstorming.

      Tout en gardant à l’esprit l’impératif d’un recrutement plus inclusif, veillez à :

      • dresser le bilan des soft skills dont l’entreprise a besoin ;
      • répartir les soft skills par pôle ou par compétence ;
      • retranscrire les modalités d’évaluation des soft skills (autoévaluation, entretiens croisés, etc.) ;
      • évoquer l’importance du savoir-être lors des différents entretiens d’embauche menés.

      De même, placez la compétence au cœur de votre stratégie RH. Formez vos équipes, et initiez-les aux soft skills ! En effet, cela leur permet d’évoluer à titre personnel. L’entreprise, quant à elle, bénéficie du savoir-être acquis. Ne l’oubliez pas, l’employeur et le salarié partagent une relation win-win. Ainsi, il est dans votre intérêt d’encourager la montée en compétence de vos collaborateurs. Pour ce faire, priorisez et intégrez les soft skills les plus importantes à votre plan de développement de compétences.

       

       

      Êtes-vous prêt à mettre en valeur les soft skills au sein de vos process RH ? Qu’il s’agisse de vos recrutements ou de la formation de vos salariés, l’avenir tend vers une mise en lumière des compétences comportementales. Eh oui ! Le savoir-être détermine l’environnement de travail dans lequel évoluent les salariés. Aujourd’hui, il s’agit d’un facteur déterminant pour vos collaborateurs actuels et les futurs postulants. Par ailleurs, vous souhaitez dénicher une offre de formation « soft skills » de qualité ? Dans ce cas, contactez Ganapati, le partenaire RH 2.0 !

      Voir tout les posts

      Abonnez-vous et restez à jour

      Promis, pas de publicité 🙂

      Donnez votre avis 

      Abonnez vous et restez à jour