Manager un groupe en formation

    3 juin 2021

    Abonnez-vous et restez à jour

    Promis, pas de publicité ! Vous allez recevoir que des emails interressants 🙂

      Lorsque l'on devient formateur, souvent on redoute le moment où l'on doit animer sa formation auprès d'un groupe. En effet ce temps d'animation implique une certaine maîtrise du formateur pour coacher et manager le groupe qui se trouve en face de lui. 

      Et tous les formateurs le savent bien, un groupe ne fait pas l'autre. chaque Stagiaire peut devenir un leader positif ou bien négatif en fonction de la dynamique de groupe qui se met en place dès la première matinée de formation. 

      Ce groupe va rapidement constituer un système avec ses propres règles tacites qui vont concourir à une rencontre réussie ou non avec le formateur. Parois la rencontre ne se fait pas et le formateur peut sortir de cette expérience avec un sentiment d'échec.

      Un formateur, s'il est passionné se sent forcément frustré lorsqu'il a en face de lui un groupe qu'il n'a pas su gérer.

      Faire une analyse de pratique et échanger avec des collègues permettent souvent de mettre le doigt sur ce qui n'a pas fonctionné, se sortir d'un éventuel sentiment de culpabilité et d'apporter des améliorations à la prochaine intervention lorsque cela est possible.

       

      Loin de moi l'idée de faire peur mais le formateur doit réellement analyser les interactions du groupe en s'incluant complètement dans cette analyse pour permettre de tirer le meilleur parti de la dynamique des communications.

      👉 Et ce, dans un seul but : permettre la montée en compétences des stagiaires qu'il a en face de lui.

      Il ne faut pas oublier que la manière d’enseigner à un adulte diffère de celle d’un enfant. on parle de pédagogie mais celle-ci s'applique au champ de l'enfance. Pour les adultes on parle d'andragogie car les leviers motivationnels ne sont pas tout à fait les mêmes en fonction des âges de la vie.

       

      1) la posture professionnelle 

      La première chose à maîtriser pour un formateur c'est sa posture professionnelle, c'est même primordial pour faire carrière dans cette profession. 

      La posture professionnelle signifie la manière de se tenir dans un cadre professionnel face aux autres.

      👉 Pour un formateur, il s'agit de la manière de se tenir face à un groupe ou une entreprise par exemple. 

      La posture professionnelle est très importante  car elle va conditionner la confiance des stagiaires mais également des entreprises clientes. 

      Il s'agit finalement d'un ensemble de façon de communiquer avec les autres : la communication verbale (20 %) et la non verbale (80%) vont être au centre de ce processus. 

      Cette posture est bien sûr influencée par l'histoire de chacun, le vécu, les apprentissages, elle est donc complexe et propre à chaque être humain. Le mieux lorsque l'on est formateur est de s'interroger soi même : "quelle est ma posture professionnelle ? Quelle possibilités et limites me dictent elle ?" 

       

      Lorsque nous intervenons en formation, nous portons 3 casquettes : 

      • L'individu :

      C'est vous et votre histoire, votre vécu, votre cadre de référence. 

      Ainsi, vous pouvez être dans votre vie privée particulièrement irrité par les personnes extrêmement fouillis car vous avez été éduqué avec l'idée que fouillis =inconséquence.

      Vous aurez peut être alors plus de difficulté avec ce type de comportement durant les animations.

      Le risque est de passer à côté d'une communication opérante avec ce stagiaire.

      Le remède : analyser vos limites en ce qui concerne certains types de comportement, ce qui vous permettra de prendre de la hauteur.

      👉 Cela implique de se décentrer de son cadre de référence. 

      Ensuite il sera nécessaire de vous obliger à voir ce type de comportement de manière totalement différente. Un exemple ? Pour les personnes fouillis, elle vous permette d'appuyer votre intervention sur la méthodologie, ce qui sera forcément bon pour le groupe qui en bénéficiera.   

      Si vous raisonnez comme ça plutôt que "mon dieu, mais ce stagiaire est complètement éparpillé et il va faire tâche d'huile dans le groupe", les choses se passeront mieux pour vous et par voie de conséquences pour le groupe.

      L'humain étant prompt à juger l'autre par nature, pensez bien que cela vous arrivera forcément de temps en temps.

      👉 Inutile donc de se flageller des heures durant ! 

      Servez vous d'une expérience malheureuse pour agir différemment lors d'une prochaine animation, et vous gagnerez en sérénité.

       

      • Le formateur :

      Votre expérience vous a peut être amené à penser que telle méthode est meilleure qu'une autre et si les stagiaires vous demandent pour leurs besoins de changer de méthode, peut être serez vous en difficultés. De la même manière que pour la casquette "individu" : c'est propre à l'être humain de ne pas chercher à faire plus quand il trouve une technique qui fonctionnait bien jusqu'ici. 

      A vous de toujours vous remettre en question pour vous former à de nouvelles approches afin d'accompagner au mieux chaque stagiaire. Car la clé d'une formation réussie est de pouvoir individualiser les parcours, en effet, chaque stagiaire a des besoins différents. 

      Prenez les échecs comme une bonne façon d'apprendre et de vous améliorer.

      Formez vous aussi souvent que possible pour conserver votre domaine d'expertise et faire évoluer vos compétences métiers mais aussi votre pédagogie.

      Les échecs  ? Tous les formateurs en ont et en auront, même les plus expérimentés, alors autant s'en servir pour apprendre sur soi même! 

       

      • L'institutionnel :

      Vous êtes employé par une entreprise, vous avez donc à minima un rôle institutionnel par rapport à cette entreprise. Peut être les valeurs de cette entreprise ne sont pas celles qui vous animent, peut être que cela peut vous mettre en difficulté si les stagiaires portent les mêmes valeurs que vous et tentent de faire alliance contre l'entreprise ? A vous de recadrer la formation sur le champ de votre intervention et de vos missions même si vous ne partager pas les valeurs de l'entreprise avec qui vous travaillez.

      ⚠️ Si pour vous cela n'est pas envisageable, alors il vous faudra faire le tri pour ne prendre que des contrats avec des entreprises qui portent des valeurs similaires aux votres. 

      Dans tous les cas, lorsque vous signez un contrat avec une entreprise et que vous êtes engagées avec elle, il est nécessaire de rester neutre envers les personnes que vous formez.

       

       

      Lors d'une animation, vous pouvez réagir en fonction de l'une des 3 casquettes. Posez vous la question de savoir si vous avez utilisé la bonne au bon moment.

      L'idée n'est pas de se jeter la pierre mais bien de s'améliorer et de gagner en confiance. Lorsque vous utilisez ce type de méthode (les 3 casquettes) cela vous permet de faire une analyse de votre pratique professionnelle et de bien distinguer le formateur et l'acteur institutionnel de l'individu. 

       

      👉 Dans tous les cas, vous avez un devoir de réserve professionnelle qui implique de ne pas dire tous vos états d'âme aux stagiaires au risque de perdre leur confiance et celle de l'entreprise qui travaille avec vous. Rappelez vous que vous êtes le moteur de la formation quoiqu'il arrive et qu'une bonne posture professionnelle permet d'instaurer de la confiance auprès des stagiaires.

      Pourquoi ? Car elle vous permet d'adopter une attitude et des comportements justes et donc rassurants pour les stagiaires. 

       

      Le guide complet pour se lancer en tant que formateur

       

       

      2) Le cadre d'intervention 

       

      C'est ce qui permet de poser un cadre, des limites et donc d'éviter dans beaucoup de cas, les problèmes de communication avec le groupe.

      Ce cadre vous aidera à sécuriser les stagiaires de l'accueil à la fin de la formation.

      Cela implique, au démarrage de la formation de :

      • vous présenter
      • donner votre champ d'expertise et votre expérience
      • donner systématiquement les objectifs pédagogiques au début de la formation
      • donner le contexte de l'intervention lorsque c'est possible
      • donner le programme
      • donner les outils pédagogiques utilisés
      • donner les méthodes d'évaluation utilisées pour valider la montée en compétence
      • proposer un cadre de communication et l'enrichir avec le groupe : établir des règles de communication claires et bienveillantes (confidentialité des échanges, non jugement, ..)
      • fixer les horaires de la  formation, les pauses
      • donner les consignes en ce qui concerne les livrables dès le début
      • préciser ce que vous attendez de stagiaires adultes : qu'ils se positionnent en acteurs de leur formation

      Cela implique durant la formation de :

      • se tenir à toutes les règles énoncées avec le groupe
      • de recadrer de manière bienveillante le groupe si les règles ne sont pas respectées.
      • revenir aux objectifs pédagogiques aussi souvent que nécessaire
      • s'adapter aux rythmes de chacun
      • laisser les stagiaires être acteurs de leur formation
      • valoriser chacun dans ses prises de paroles 
      • valoriser les compétences de chacun en les mettant à profits durant la formation
      • impliquer les stagiaires dans l'atteinte de leurs objectifs


      cela implique à la fin de la formation de :

      • réaliser une évaluation et valider ou non la montée en compétence (en cas de non validation, de définir un plan d'action alternatif)
      • valoriser le travail qui a été effectué
      • évaluer si les règles de communication ont permis à chacun de  se sentir à l'aise 

      Vous l'aurez compris, poser le cadre d'intervention vous permettra de mieux gérer la suite de l'animation.

      Ces éléments sont repris de manière très synthétique dans la :

       

      Méthode SAVI

      SÉCURISE

                ACTEUR (rendre)

       VALORISER

       IMPLIQUER

       

       

      3) La communication 

      "on ne peut pas ne pas communiquer" Paul Watzlawick

      La communication est un art parait il ... en réalité, une partie est innée et une partie acquise au fil des ans grâce aux nombreuse expériences de vie.

      👉 Il est donc possible d'apprendre à mieux communiquer tout au long de sa vie. 

       

      Il y a 2 types de communications selon P. Watzalawick:

      • la digitale
      • l'analogique

      La communication digitale :

      elle correspond à la communication verbale et constitue 20 % de la communication entre les humains

      La communication analogique :

      Elle correspond à la communication non verbale et constitue 80 % de la communication entre les humains. 

      Ce qui implique que la forme compte au moins autant que le contenu de la discussion elle même. 

       

      Certaines personnes peuvent exprimer une opinion (digitale) et exprimer tout le contraire en langage analogique (les mimiques, la posture du corps, les gestes...)

      C'est d'ailleurs très perturbant pour l'interlocuteur qui reçoit 2 messages contraires ; or dans nos sociétés occidentales, la communication digitale est survalorisée alors qu'elle représente finalement une part peu importante de la communication inter-humaine. 

       

      Lorsque l'on est formateur, on accompagne chaque stagiaire vers son objectif et donc une montée en compétences et il est nécessaire de bien analyser la manière dont on communique avec chacun d'entre eux.

      Le fait est que, si vous arrivez en formation en traînant les pieds avec un visage fermé, vous aurez beau dire que c'est super d'être là avec eux. Vos stagiaires auront du mal à vous croire et peut être que ce delta entre votre attitude et ce que vous verbalisez créera un faux départ et une démotivation chez eux.

      Il est donc primordial pour créer d'emblée un climat de confiance, de rester authentique et transparent autant que possible. Bien sûr, authenticité et transparence ne veut pas dire que vous devez raconter votre dispute familiale de la veille !

       

      Il est également très important d'être capable de comprendre la façon dont l'autre communique. En effet dans les cas où la communication d'un stagiaire est d'emblée sur un mode agressif, à vous de prendre de la hauteur de manière à communiquer autrement. Ainsi vous éviter une escalade qui peut mener à la rupture de communication.

      Une personne agressive peut rapidement s'apaiser lorsque vous prenez le temps de l'écouter et que vous chercher à comprendre pourquoi il vous agresse. "votre façon de me parler me donne l'impression que vous êtes en colère. Est ce cela ? " 

      Dans ce type de communication, vous n'affirmez rien, vous expliquer seulement ce que vous ressentez et ce que vous en concluez. puis vous finissez la phrase en demandant à l'autre ce qu'il en pense. Ainsi vous tentez de méta-communiquer c'est à dire communiquer sur la façon dont deux personnes communiquent entre elles.

      Il est bien sûr évident que cela ne s'applique pas à une situation de violence ou de risque de violence qui ne peut être tolérée.

       

       

      4) les types de comportement en formation

       

      Il est bien évident que lors de votre intervention vous aurez à faire à de multiples personnalités qui constituent le groupe de stagiaires. 

      Votre rôle sera de composer tel un chef d'orchestre une symphonie qui sonne juste ! 

      En effet, l'art du formateur est bien d’établir une communication individuelle et de groupe efficiente. 

      L'idée n'est pas de se mettre une pression considérable car ce serait contre productif.

      Nous ne souhaitons pas non plus apporter ici un catalogue de personnalités car la tentation serait grande de vouloir analyser les stagiaires et les faire entrer dans des "cases" types.

      Il faut toujours tendre vers le non jugement et l'ouverture d'esprit afin de ne pas enfermer un participant trop rapidement dans un type de personnalité et de risquer de passer à côté d'échange de qualité ou de le "prendre en grippe".

      L'être humain étant beaucoup plus complexe que des "personnalités types", nous parlerons de comportements plutôt que de personnalités.

       

      Les comportements passifs et effacés :

      Il faut comprendre le pourquoi d'un tel comportement.

      Le tour de table du début de formation permet déjà de tenter de répondre à cette question.  

      Car vous ne pourrez pas gérer de la même façon un grand timide ou une personne hyper démotivée. 

      1. Une personne timide a besoin d'un cadre rassurant, mais aussi d'être un peu ménagée, ce n'est pas à vous de le guérir de sa timidité. Il est important de le faire s'exprimer un peu mais dans la mesure de ses capacités. Inutile de le mettre en grande difficulté. 
      2. Une personne très démotivée: vous pouvez peut-être essayer de lui présenter justement la formation comme une bouffée d'oxygène dans son quotidien de travail et suggérer que les échanges avec ses pairs lors de cette formation pourront lui apporter des réponses pour la suite. Encore une fois, ce n'est pas votre rôle de le faire changer du tout au tout mais de l'intéresser et de le faire se questionner pourquoi pas ?
      3. Une personne qui ne souhaitait pas être présente à cette formation : C'est le plus difficile car vous aurez réellement plus de mal à l'intéresser. Ceci dit ce n'est pas non plus impossible car si votre animation est dynamique et qu'il y a beaucoup d'échanges avec ses pairs, vous pouvez commuer un désintérêt en réel intérêt. Si la personne a déjà suivi la même formation récemment (Ce genre de situation est plus rare, mais peut également arriver). Pas de panique ! Vous pouvez aussi vous appuyer sur cette personne et la valoriser en lui demandant de participer dans le but d'aider les autres stagiaires. 
      4. Une personne en difficulté avec la prise de parole : Vous constaterez vite les limites de la personne grâce au premier tour de table. Qu'il s'agisse d'une personne qui se perd dans des explicitations à n'en plus finir ou quelqu'un qui cherche ses mots et semble en difficulté pour exprimer sa pensée. Vous devrez être rassurant et cadrant à la fois, pour aider cette personne à s'exprimer. 

       

      Les comportements extravertis et envahissants:

      Certaines personnes peuvent littéralement conquérir l'espace et ne plus laisser la parole aux autres. Les personnes plutôt effacées en seront ravies car cela leur permettra de ne pas intervenir et de se faire oublier. Mais cela peut devenir dérangeant pour le groupe qui ne s'y retrouve plus et aimerait un peu de tranquillité pour réfléchir ou même avoir le temps de s'exprimer.

      Il peut s'agir d'une personne qui aime faire rire les autres et dans ce cas il sera nécessaire parfois de repositionner le cadre en lui demandant de ne pas intervenir de manière intempestive. 

       

      ==> Ce type de comportement se retrouve souvent chez un leader qu'il soit positif ou négatif.

      Un leader positif va être un véritable moteur pour le groupe et le formateur doit s'appuyer sur cette formidable énergie pour animer sa formation mais attention toutefois à ce que le leader ne prenne pas la place du formateur. Il faut toujours garder sa place et recadrer son rôle si nécessaire, par exemple avec un classique "vous avez tout à fait raison sur ce point, un de vos collègues a peut être un exemple ou une situation qui illustre votre propos". Ainsi vous valoriser la personne mais vous ne laissez pas monopoliser la parole.

      Un leader négatif va émettre des opinions très négatives sur tout, il aura tendance à démotiver le groupe, à tenter de créer des alliances entre lui et le groupe contre vous. Là encore, il est nécessaire de s'appuyer sur lui plutôt que d'aller contre. A vous de reprendre ce qui est dit pour transformer le message en positif.

      Un exemple de réponse à une objection bien connue, lors des jeux de rôle proposés : "vous faites bien de nous rappeler qu'effectivement nous sommes en formation et non dans la vraie vie, c'est tout à fait vrai. Et bien justement, profitons de ce temps hors du terrain pour essayer de réaliser les choses de manière différente et essayons d'imaginer les bonnes pratiques sans avoir les interruptions et les contraintes du terrain. Cela nous permettra au moins de réfléchir aux compétences que vous pourrez peut être réinvestir, même partiellement sur le terrain"

       

      les comportements perturbateurs : 

      Leurs origines peuvent être diverses.

      Il ne faut pas oublier que beaucoup d'adultes ont quitté les bancs de l'école depuis longtemps et ont bien du mal à rester une journée entière en formation. 

      La première des hypothèses quand vous constatez ce genre de comportement c'est de vous demander si vous captez toujours votre auditoire ou si vous les avez perdu. Cela arrive très souvent en fin de matinée car l'attention baisse avec la faim, ou en début d'après midi après le repas de midi.

      Ensuite, vous pouvez être en présence d'une personne qui a des troubles de l'attention et qui a besoin de bouger de temps en temps ou de bavarder car son attention décroche vite. Il convient d'impliquer la personne quand vous la sentez décrocher pour la remettre dans l'action. 

      Vous pouvez également vous trouvez en présence d'un groupe de personnes qui se connait parfaitement bien et qui sont ravies de se revoir hors contexte de travail. Ce qui implique des bavardages gênants pour le groupe. Dans ce cas, lorsque vous faites des sous groupes de travail, à vous de séparer les personnes qui bavardent vraiment trop.

      Ensuite vous pouvez vous déplacer dans la pièce et vous placer à coté de ces personnes, qui seront gênées et arrêteront leur bavardage. Vous pouvez également arrêter de parler et attendre que le calme soit revenu, enfin vous pouvez tout simplement reposer le cadre en demandant le calme par respect pour vous et les collègues qui parlent.

       

      Les comportements "passif-agressif" :

      Il s'agit de personnes qui n'interviennent pas mais savent montrer leur désapprobation par leur mimique ou leur gestuelle. Ils peuvent vous saboter l'ambiance dans le groupe. 

      Vous pouvez choisir d'ignorer certaines mimiques si cela ne gêne pas le groupe. Mais sur certain sujet, il peut être intéressant de lui demander son opinion lorsqu'il désapprouve ce que vous dites, surtout lorsque vous souhaitez insister sur une notion car cela peut vous donner une bonne occasion d'en échanger avec le groupe et de faire ainsi en sorte que la compétence soit bien validée.

       

      Les comportements "d'opposition-agressivité"

      Ce type de comportement est rarement dirigé contre vous. Souvent il s'agit d'une colère rentrée de l'apprenant et elle ressort sur le formateur. Les motifs de cette colère peuvent être multiples. (il peut s'agir d'un leader négatif)

      👉 Cette personne a besoin d'être entendue.

      N'oubliez pas le mantra de l'Aïkido : Le combat se termine au moment où il commence. 

      Vous devez accueillir l'agression verbale en restant humble et en prenant de la hauteur sur la situation. "Souhaitez-vous nous expliquer ce qui vous met en colère et peut être que vos collègues et moi pourront vous apporter une réponse ou une piste de réflexion".

      Dans cette phrase vous incluez le groupe tout en restant bienveillant, ce qui permet à la personne de se trouver aussitôt seule avec sa colère. Dans beaucoup de cas, la personne commencera alors à se calmer tout en expliquant ce qui lui pause problème.

      Bien sûr, cette technique ne peut se réaliser qu'en petit groupe pas dans un amphithéâtre où la réponse serait tout autre.

      Dans le cas où la personne ne s'apaise pas et cherche avant tout à en découdre, il convient alors de reposer le cadre de la formation et si son attitude ne change pas, il faudra lui demander de sortir (situation qui reste rarissime).

       

      Les comportements "pinailleurs" :

      Parfois certaines personnes ne peuvent s’empêcher de pinailler sur tous les détails. 

      • Soit parce qu'il se sentent anxieux et qu'ils ont peur de mal faire ou de mal comprendre. Dans ce cas, rester patient et rassurant mais sachez aussi clore une discussion qui n'aurait que trop duré. Ce type de comportement peut permettre d'aider d'autres apprenants qui n'oseraient pas dire qu'ils n'ont pas compris. Vous pouvez demander au groupe de répondre à des questions pour réaliser une évaluation de ce qui est acquis et ce qui a besoin d'être approfondi.
      • Soit parce que ce sont des experts du domaine et qu'ils souhaitent apporter des précisions à tout ce que vous dites voire à corriger une éventuelle erreur. Ne vous laissez pas déstabiliser par cette personne, vous n'êtes pas là pour tout savoir, surtout à l'heure d'internet ! Vous êtes un facilitateur d'acquisition des compétences et il faut savoir le dire aux stagiaires. Vous gagnerez leur confiance ! Vous pourrez donc vous appuyer sur les remarques de votre stagiaire expert afin de vous en servir de levier d'apprentissage pour tout le groupe. Faites le participer en le canalisant, il n'en sera que plus heureux et il sera moteur pour toute la formation.

       

      5) le rythme de la formation

       

      Le plus important lorsque vous animez votre formation, c'est de bien suivre votre scénario pédagogique, car vous l'avez conçu de manière à alterner les outils et méthodes pédagogiques ce qui vous permettra de capter votre auditoire.

      Pensez à bien calibrer les temps de pause et d'adapter vos méthodes et outils en fonction de l'heure de la journée. 

      Soyez attentif à la prosodie (ensemble des traits oraux d'une expression verbale d'une personne. Celle-ci traduit la musicalité de la voix ce qui rend les émotions et les intentions plus intelligibles).

      En effet, une voix monocorde durant des heures et c'est la catastrophe assurée, vous aurez perdu tout le monde avant midi.

      En revanche, lorsque vous sentez vos apprenants fléchir pendant la période de digestion du début d'après midi, changer le ton de votre voix et mettez les au travail en sous groupe ou en jeu de rôle, ou faites les participer à un Quizz sur leur smartphone.

       

      Vous l'aurez compris, il n'y a pas de recette de cuisine toute faite et qui s'adapterait à tous les groupes de formation. En effet, il est parfois très facile d'animer un groupe et beaucoup moins un autre. Pensez toujours qu'un groupe plus compliqué à manager ne l'est pas sans raison. vous pouvez tomber dans un contexte particulièrement difficile pour les stagiaires: conditions de travail dégradées, licenciement d'un de leur collègue, pandémie mondiale (je ne pensais pas écrire ça un jour ... 😉). Bref, le contexte joue beaucoup dans la dynamique d'un groupe. Je me suis retrouvée une fois devant un groupe sans dynamique j'ai dû déployer toute mon imagination pour rendre la formation la plus intéressante possible pour tous les stagiaires. La moitié des personnes présentes venaient de loin et n'avaient pas choisi cette formation. A vrai dire je ne pense pas avoir intéressé tous les stagiaires ce jour là et ce malgré tous les efforts déployés. j'ai fais mon analyse de pratique quelques jours plus tard et cela m'a donné des pistes pour adapter mon animation si un cas similaire devait se reproduire.

      Ce type de groupe n'est pas évident à gérer mais il vous fait grandir en tant que formateur car il vous bouscule et vous force à sortir de votre zone de confort pour trouver de nouveaux leviers motivationnels. 

      L'animation d'une formation est un challenge à chaque nouveau groupe de stagiaires !

       

      👉 N’hésitez pas à commenter cet article en espérant qu'il vous aura été utile.

       

       

      Voir tout les posts

      Abonnez-vous et restez à jour

      Promis, pas de publicité 🙂

      Donnez votre avis 

      Abonnez vous et restez à jour