Le blog Ganapati

Articles, vidéos, tutos ...
Le blog pour tout savoir sur la formation.

En savoir plus sur Ganapati
Après le mode black, le white 17 mars 2019

Eh bien après le mode black (sombre) dans #Windows 10, maintenant le mode white (clair). C'est aussi une nouveauté de la mise à jour #19H1

Lire l'article
Windows + point 14 mars 2019

Pas facile d’insérer un E majuscule avec un accent. Pas facile le C cédille en majuscule non plus. On a tous eu à copier coller le symbole que l’on recherchait parce qu'il n'y avait aucun moyen facile de l'entrer.Le panneau de saisie dite expressive peut vous aider! En plus des symboles les plus courants, vous trouverez également de nombreux symboles scientifiques, des notations de devise, des flèches et d'autres caractères spéciaux spécifiques à la langue dont vous pourriez avoir besoin lors de la frappe.Mais attendez, il y a plus! Microsoft a également ajouté un accès facile au kaomoji comme ̄ \ _ (ツ) _/̄ et (☞ ゚ヮ゚) ☞ Pour accéder au sélecteur :1. Appuyez sur la touche de logo Windows + . (le point du clavier alphanumerique).Le sélecteur se positionne à côté du curseur2. Choisissez une catégorie dans les onglets en haut du sélecteur:a.    Emojib.   kaomojic.    symboles3. Parcourez les différentes sections disponibles dans cette catégorie en utilisant les onglets en bas du sélecteur.4. Sélectionnez un élément pour l'insérer.5. Appuyez sur Echap pour quitter.Si vous souhaitez fermer le sélecteur automatiquement après avoir inséré un symbole, il y a un paramètre pour cela! Allez dans les paramètres de Windows > périphériques > saisie > paramètres avancés de clavier (ou dans la barre de recherche dans paramètres, saisissez Emoji)Martial AUROY 14 mars 2019#Formation14 #Microsoft #Windows #19H1Passez me voir au http://formation14.com

Lire l'article
Définitions des mots dans Microsoft Edge 12 mars 2019

Nouveauté de #Microsoft #Edge : "Lorsque vous lisez un e-book ou une page web (en mode lecture), sélectionnez un mot pour obtenir sa signification et sa prononciation instantanément. (…)Remarque : Vous pouvez activer cette fonctionnalité pour les documents PDF."

Lire l'article
Comment créer votre offre de formation en 4 étapes 25 févr. 2019

Vous allez découvrir dans cet article la création d’une offre de formation. Celle-ci est composé de 3 parties : informations générales, informations complémentaires (qui contient en autre le programme de formation). La dernière partie concerne les modalités pédagogiques.On commence par donner à votre offre de formation un titre. Le titre résume de façon brève et claire l'ensemble de votre formation. Celui-ci doit contenir plusieurs mots-clés.Le sous-titre décrit plus précisément la formation, il est constitué de mots-clés complémentaire different du titre et doit apporter davantage de détail dans votre offre de formation.Il est recommandé de mettre en avant sa formation par des photos de qualités. Vous pouvez également présenter votre offre de formation avec une vidéo, et pourquoi pas offrir quelques astuces à vos clients.Public visé de la formation et prérequis Vous devez également indiquer le type d'apprenant que vous allez former. Quel public s'adresse votre formation ? Quel est le niveau minimal requis pour votre formation ? Une durée d'activité minimum est-elle nécessaire ? Décrivez type de public capable de suivre votre formation. Les objectifs de la formation Décrivez les objectifs de votre formation, les moyens pédagogiques, les techniquesUn objectif exprime ce que le participant pourra à l'issue de la formation. Il doit être réaliste et atteignable en un temps donné. L'objectif est décrit par des verbes d'actions : "être capable de", "maîtriser" ...  La formation doit se concrétiser par l'acquisition de nouvelle compétence acquise, un titre, un diplôme, ou s’exprimer simplement en terme de savoirs / savoir-faire / savoir-être.Vous pouvez également ajouter plusieurs objectifs à votre formation et les associer à des certifications de compétence.Moyens et méthodes pédagogiquesDans le programme de formation, vous devez détailler les moyens pédagogique mise en oeuvre (matériel, technologie et support). Quelles sont les méthodes d'animation et d'apprentissage utilisés par vos stagiaires ? Vous pouvez exposer des cas pratiques et des mises en situation concrète comme sur un lieu de travail. Détaillez les thèmes abordés lors de la formation. Quelles compétences vont être développées pendant la formation ? Détaillez les apports théoriques, pratiques et méthodologique.Durée et domaine de la formation Vous pouvez ajouter le domaine d'activité, et définir la durée de votre formation en heure. Il également intéressant de savoir que son offre peut-être prise en charge par le compteur personnel de formation (CPF), vous pouvez découvrir ici l'éligibilité de votre offre de formation. Vous pouvez définir à la fin de votre formation un prix intra qui pourra s'afficher à votre offre de formation. Vous pouvez télécharger la check-list de l'offre de formation (gratuit)

Lire l'article
Comment faire une GPEC ? Découvrez les 5 points clés 21 févr. 2019

L’expression « gestion des compétences » suffit pas à définir son objet et sa spécificitée. Les expressions qui gravitent autour de ce thème sont en nombres importants : on parle de « gestion prévisionnelle des emplois et des compétences », « management ou gestion des compétences, « modèle de la compétence », « logique compétence ». Comment faire une GPEC ? Découvrez les 5 points clésAu-delà de leurs différences, toutes ces appellations partagent deux objectifs :• Impliquer les salariés dans la poursuite des objectifs de l’entreprise : articulation Stratégie - GRH• S’appuyer sur des pratiques d’évaluation des compétences individuelles ou collectives :La GPEC est une opportunité pour l’entreprise et pour les salariés.Avantages de la GPEC pour l’entreprise :• Économiques : maintien de la compétitivité• De professionnalisation : adaptation des compétences, reconversion, etc.• Démographiques : transmission des compétences, maintien dans l’emploi, seconde partie de carrière,• Technologiques : intégration des TIC• Sociaux : responsabilité socialeAvantages de la GPEC pour les salariés :• Développement professionnel : trajectoire et projet professionnel• Sécurisation et employabilité des salariés dans et hors de l’entreprise• Visibilité des mutations industrielles et technologiques et des évolutions des métiers de l’entreprise• Reconnaissance aux différents âges de la vie professionnelle5 points clés de la GPEC1. Un dispositif qui prend en compte les enjeux de tous les acteursLa GPEC est une démarche qui s’inscrit dans un projet d’entreprise « mutuellement profitable » en cherchant à répondre aux attentes des différents acteurs : direction, salariés, management, IRP.2. Un dispositif concerté voire négociéC’est une démarche complexe qui nécessite une concertation au niveau des représentants du personnel.La démarche est facilitée lorsque la GPEC se concrétise dans des accords avec les partenaires sociaux.3. Un dispositif articulé à la stratégieC’est une démarche opérationnelle qui prend son sens dans son articulation avec la stratégie de l’entreprise. Les démarches GPEC ne peuvent résulter de l’initiative isolée d’une Direction des Ressources Humaines. Elles doivent découler d’une volonté exprimée par la direction générale de l’entreprise, et relayée par les représentants des salariés.4. Un dispositif d’anticipation C’est une démarche qui attache une importance particulière à l’anticipation de l’évolution des métiers et des compétences. Elle ne peut se réduire à des outillages gestionnaires visant uniquement l’accompagnement individuel des salariés. Elle vise à mettre en cohérence les outils RH, en lien avec la stratégie de l’entreprise.5. Un dispositif à distinguer du Plan Social d’Entreprise (PSE) Certains outils de la GPEC sont les mêmes que ceux utilisés dans le cas d’un PSE : entretien, bilan, Validation des Acquis et de l’Expérience (VAE), formation, aide à la mobilité, etc. Cependant, on ne peut en aucun cas confondre PSE et GPEC. La GPEC vise à prévenir en amont les décalages d’effectifs et de compétences et cherche à éviter le PSE (tandis que le PSE résout une situation conjoncturelle que l’entreprise n’a pu anticiper). Finie donc la logique de poste. En GRH, une distinction est faite entre : gestion des compétences et gestion par les compétences et concourt à améliorer la qualité de la relation avec les partenaires sociaux et la qualité du climat social.Par gestion des compétences, il convient d’entendre l’ensemble des outils permettant de gérer les compétences : référentiels de compétences, dictionnaire de compétences, passeport professionnel, fiches de poste, de fonctions ou fiches métiers, démarche d’entretien annuel, d’entretien professionnel.Par contre, parler de gestion par les compétences, c’est donner une dimension stratégique à l’orientation compétence. C’est considérer que les compétences individuelles et collectives peuvent être un véritable levier de pilotage des ressources humaines.Cela revient à placer la compétence au cœur de l’entreprise et du management des ressources humaines. En résumé, une bonne stratégie RH est composée de deux ingrédients clefs : Une vision stratégique de gestion par les compétence et d'une dimension opérationnelle composée d’outils utiles au déploiement de cette stratégie.Télécharger le modèle d'une grille GPEC (Gratuit)

Lire l'article
Outlook loves To-Do 15 févr. 2019

Je ne sais pas si c'est la Saint Valentin ;-), mais Microsoft annonce aujourd'hui le changement des tâches dans #Outlook web pour mi-mars. C'est To-Do qui va redessiner l'interface pour une meilleure ergonomie."Les clients verront les tâches redessinées, alimentées par Microsoft To-Do. Nous allons progressivement le déployer à des clients de diffusion ciblée en mars, et le déploiement suivra la chronologie de publication générale de la nouvelle Outlook sur le Web." annonce #Microsoft

Lire l'article
Découvrez comment élaborer un plan de formation 12 févr. 2019

Par définition, le plan de formation décrit les choix et les décisions d’une entreprise en ce qui concerne la formation professionnelle de ses salariés. Dans un cadre légal, l’employeur est tenu de prendre toute les actions nécessaires pour maintenir le salarié opérationnel sur son poste de travail. Il est également tenu de développer la capacité de ses salariés à trouver un emploi.Le plan de formation peut contenir plusieurs actions :Des actions d’adaptation au poste de travail sont à l’initiative de l’employeur et/ou du salarié et sont réalisées pendant le temps de travail. Ce sont les actions qui vont permettre au salarié de maîtriser son poste et de faire face à l’évolution des organisations, des activités et des techniques mises en œuvre dans son poste. Elles permettent aussi de conserver l’emploi des salariés au sein de l’entreprise. Des actions de développement des compétences. Celle-ci conduisent à un changement de qualification ou de « métier » du salarié au travers de l’acquisition de nouvelles compétences. Elles accompagnent généralement un projet professionnel. Ces actions de formation s’effectuent normalement hors temps de travail, mais peuvent également se dérouler pendant le temps de travail Qualification d’une action de formation :Pour être qualifiée d’action de formation au titre de la formation professionnelle continue, la prestation doit respecter les quatre conditions suivantes : 1) Avoir un programme préétabli 2) Avoir des objectifs pédagogiques déterminés 3) Avoir des moyens pédagogiques, techniques et d’encadrement mis en œuvre 4) Avoir des moyens permettant de suivre son exécution et d’en apprécier les résultats. Une formation peut être séquentielle et s’effectuer en tout ou partie à distance. La formation et rémunération des stagiaires :La rémunération des stagiaires s'effectue en fonction de 2 situations. Lorsque la formation se déroule pendant le temps de travail, il faut savoir que le salaire sera maintenu.  Lorsque la formation se déroule hors temps de travail, à l’initiative exclusive du salarié dans le cadre du CPF (Compteur Personnel Formation) aucune compensation salariale, de type indemnité de formation, n’est due par l’employeur.Télécharger le sommaire type du plan du développement des compétences (gratuit) 

Lire l'article
Tout ce que vous avez besoin de savoir sur le CPF en 15 points-clés 12 févr. 2019

Vous souhaitez comprendre le CPF ? Vous vous demandez probablement à quoi sert le CPF ? Découvrez 15 points-clés pour tout savoir sur le CPF facilement. On commence par l’acronyme qui signifie : « compteur personnel de formation » doit permettre d’acquérir des compétences attestées (qualification, certification, diplôme) et favoriser la sécurisation des parcours professionnels, VAE incluse. Le CPF est alimenté à hauteur de 500 € par an, plafonné à 5 000 €. La mobilisation du CPF doit déboucher sur :Une certification inscrite au RNCP (répertoire national des certifications professionnelles) Un CQP ou CQPI (certificat de qualification professionnel inter branche) Une certification régissant à une norme réglementaire, obéissant à une norme de marché, ou utiles économiquement et socialement mais n’obéissant pas à une réglementation précise. Autres formations telles que permis de conduire, VAE, actions de préparation à la création d’entreprises.Les actions de formation entrant dans le cadre du CPF sont financées par les entreprises dans le cadre de leur participation à la formation professionnelle continue.Le CPF est un compte qui vous suit à vie. Il est initialisé dès le premier jour de travail, jusqu’à l’âge de la retraite, y compris lors des contrats d’apprentissage ou de professionnalisation. Le CPF est alimenté à hauteur de 500 € par an, plafonné à 5 000 €. Pour les salariés n’ayant pas atteint un niveau V de qualification, ces montant sont portés 800 € et 8 000 € par projet. Ces sommes sont gérées par la Caisse des Dépôts et Consignations. Lien avec l'entretien professionnel :Les salariés bénéficient tous les deux ans d’un entretien professionnel avec leur employeur consacré à leurs perspectives d’évolution professionnelle, en termes de qualifications et d’emploi. Cet entretien ne porte pas sur l’évaluation du travail du salarié.Tous les six ans, l’entretien professionnel doit faire l’objet d’un état des lieux récapitulatif du parcours professionnel du salarié. Cet état des lieux, permet de vérifier que le salarié a bénéficié au cours des six dernières années des entretiens professionnels et d’apprécier s’il a bénéficié d’au moins une formation autre que les formations obligatoires.En cas de manquement à ces obligations, le compte personnel formation du salarié sera majoré d’un montant défini par décret (jusqu’à six fois le montant du compte personnel de formation du salarié)Mobilisation du CPF par le salarié :Il s’agit d’un droit opposable. C’est à dire mobilisable par le salarié sans l’accord de l’employeur si la formation se déroule hors temps de travailLorsqu’elle est suivie tout ou partie pendant le temps de travail, le salarié doit demander l’accord de l’employeur sur le planning et le contenu de la formation demandée.L’accès à ces formations se fera directement par le salarié via un service dématérialisé de France compétenceLe salarié pourra mobiliser son CPF dans le cadre d’une transition professionnelle. Ces demandes sont instruites et financées par le CPIR (Commission paritaire interprofessionnelle régionale).Monétarisation des heures acquisesLes heures acquises dans le cadre du DIF et du CPF avant 2019 seront monétarisées à hauteur de 14,28 €

Lire l'article
Vous y comprenez quelque chose au CPF ? 1 févr. 2019

Dans cet article, vous n’allez pas tout savoir sur le CPF (désolé, pour les plus curieux contactez nous, ce sera un plaisir d’échanger avec vous). Aujourd’hui nous allons juste faire quelques rappels et tenter de démontrer ce que nous pensons depuis quelques temps : le marché de la formation va connaître une profonde transformation.CPF, c’est quoi ?C’est un droit, acquis par tous les salariés, qu’ils conservent indépendamment de leur emploi, et même s’ils deviennent demandeur d’emploi. Donc les droits se cumulent tant qu’on ne les utilisent pas.Le droit de faire quoi ?Quand on parle de droit, on parle en fait d’argent. En résumé tous ceux qui travaillent cumulent sans le vouloir des “crédits”, donc des sommes d’argent, qui permettent d’acheter de la formation (et pas autre chose, comme les avoirs que vous gagnez avec vos cartes de fidélité).De l’argent ? Combien ?La base est de 500€ par an, mais la somme peut être abonder par la situation spécifique d’une personne (+300€ pour les travailleurs handicapés par exemple), le bas niveau de qualification, une convention collective plus généreuse, ou pourquoi pas un abondement extérieur (un projet de loi FFP prévoyait même un crédit d’impôt pour les personnes qui alimenteraient elles mêmes leur CPF, a-t-il été oublié ?).Donc on achète ce qu’on veut comme formation ?hum… oui mais non. Le porteur du CPF peut choisir une formation, dans une liste définie et limitée (pas de panique il semble que la liste recense déjà plus de 20.000 formations). Autre subtilité pour les salariés, si votre employeur n’est pas partie prenante dans votre projet, il faudra vous former en dehors du temps de travail.Oui mais on fait comment ?Déjà on fait le point sur ses droits (le site de référence est ici).Ensuite on choisit une formation qui est “éligible”, logiquement le formateur l’indique dans son offre de formation.Enfin on pense à vérifier qu’elle est bien éligible ! (même si l’unification des listes devrait limiter les déboires connus dernièrement).En ce qui concerne la future application révolutionnaire qui permettra de gérer son compte, soyons honnêtes, nous n’avons pas d’informations réellement utiles sur le sujet.Le CPF est il une révolution dans la formation professionnelle ?Tout dépend de ce qu’on entend par “révolution”… c’est surtout une évolution naturelle. Souvenez vous du DIF (droit INDIVIDUEL) qui était un vrai changement… c’est la suite.En réalité le CPF, et encore plus maintenant qu’il est libellé “en euros”, traduit deux choses indissociables :le droit individual à mener sa carrière comme on l’entend, à faire des projets professionnels sans lien avec son employeur, en bref “la liberté de choisir son avenir professionnel”mais aussi la responsabilisation individuelle face au marché de l’emploi, ce n’est plus l’employeur qui garantit votre employabilité, c’est vous seulIl va falloir l’utiliser à bon escient ce CPF, pour optimiser sa valeur professionnelle, d’autant plus que personne ne peut prédire la place qu’il prendra dans la dépense nationale de formation.En effet, faisons un calcul rapide (et approximatif, mais c’est pour une idée générale).Si 30 millions d’actifs peuvent dépenser au moins 500€ par an, le coût total pourrait atteindre 15 milliards d’euros. Quand on sait que la dépense annuelle de formation avant cette évolution pour les salariés est de… 15 milliards d’euros ! Faut il y voir un transfert progressif ? L’avenir nous le dira.Si vous êtes formateur, il y a de toutes façons un sujet à ne pas rater. Vos formations sont elles éligibles au CPF ? Mais surtout êtes vous prêts, dans un marché d’acheteurs individuels, à proposer des formations individuelles ou des sessions Inter ?

Lire l'article
{devenir formateur} Lancer votre offre de formation comme on lance une start-up ! 1 févr. 2019

Les formateurs ont tendance à construire des offres de formation issues de leurs expériences, c’est évidemment une bonne chose, mais attention à ne pas poser la réponse avant le problème, au risque de rater votre cible. On voudrait tous lancer LA formation qui deviendra la must have de tous les grands groupes du CAC 40, et connaître un succès comparable aux célèbres “licornes” du monde des start up.Une formation n’est pas un produit comme les autres, on ne peut pas la vendre dans un supermarché (je parle ici de vraies formations...), et même si la tendance est à la digitalisation vous n’achèteriez peut être pas de formation sur Amazon, les aspects administratifs, comme la pédagogie, sont affaires de spécialistes. Si une poignée de start-up propose une nouvelle expérience de la formation professionnelle (mea culpa : notre offre ici), elles ne peuvent faire l’économie d’une maîtrise opérationnelle d’un sujet en complexification permanente.Donc… la formation n‘est pas un produit comme les autres… mais c’est un produit tout de même, avec un marché et donc… des clients, à condition de les convaincre. Ce que le marketing nous a appris, c’est l’obligation de répondre à un besoin (même imaginaire). C’est évident, votre offre de formation doit être construite en regard d’un besoin, exprimé ou non, par vos clients et/ou stagiaires, et non pas juste parce que vous pouvez le faire. Comme sur tous les marchés nous avons des “gros acteurs” et des “petits acteurs”, des “anciens” qui posent des barrières et des petits nouveaux qui cherchent à se faire une place (vous voyez où je veux en venir avec les start-up ?)Le point commun entre un formateur indépendant “qui a du succès” et une start-up qui survit à son propre lancement ? La capacité à construire une réponse innovante, soit en apportant un nouveau service, soit en l’apportant d’une nouvelle (et meilleure) façon. Vous avez donc ce point commun, alors pourquoi ne pas aller jeter un oeil sur les recettes des rois de l’innovation (et de la com’) ?La différence entre une offre de formation et le produit star d’une start up, c’est que le premier est beaucoup plus rapide et moins cher à construire, c’est un avantage alors foncez, mais attendez… ralentissons un peu, juste le temps de valider quelques étapes préalables.Votre formation résout-elle un vrai problème ?C’est la grande question des start up, mise en pratique dans les méthodes de développement de type “running lean”. Pour faire simple, vous devez être capable de définir en quelques mots, et en une seule idée, votre offre de valeur, ou plutôt votre proposition de valeur unique.La “proposition” de valeur unique” est très bien résumée par cette question : Pourquoi les gens devraient-ils faire des affaires avec moi ? (source : http://www.marketeur.biz/blogue)La proposition de valeur unique de votre entreprise doit faire une promesse à vos clients et aux consommateurs.La proposition de valeur unique de votre entreprise doit être unique. Elle n’est pas unique si vos concurrents directs offrent la même chose.La proposition de valeur unique de votre entreprise doit être intéressante et avantageuse pour le consommateur.La proposition de valeur unique de votre entreprise, c’est votre avantage concurrentiel.Que cherchent les entreprises quand elles achètent “de la formation” ? Que cherchent les salariés ? Quelques problématiques sont récurrentes :gain de productivité : travailler plus vite, faire moins d’erreur…adaptation au poste de travail : utiliser un outil particulier, comprendre une loi...meilleure expérience d’entreprise : méthode de travail, régulation...conformité réglementaire et / ou  suppression d’un risque...Mais il existe sans doute beaucoup d’autres motivations à l’achat, à vous de faire jouer à fonds vos aptitudes à l’empathie pour les découvrir.Pourquoi faire une proposition unique si le client veut du sur mesure ?Excellente question ! Du moins du point de vue du formateur, à quoi bon se fatiguer à construire une offre puisque les clients voudront de toutes façons une prestation personnalisée. Grave erreur ! Mettez vous à sa place… Comment peut il décider de travailler avec vous s’il n’a pas un échantillon de votre savoir faire ? Votre catalogue de formation est votre meilleure publicité, et dans beaucoup de situation ce sera la seule.N’oubliez pas : si vous voulez sortir du lot, la valeur de votre offre doit faire la différence, mais elle doit aussi rester honnête, oubliez les “devenez riche sans rien faire” (d’ailleurs j’aimerais bien voir l’attestation de compétences qui sanctionne cette formation ??). Préférez une approche qui résout un vrai problème comme “améliorez vos finances grâce aux techniques de l’épargne” par exemple, vous serez plus crédibles.Votre solution est elle la meilleure pour résoudre ce problème ?Vous avez une proposition de valeur unique, bravo ! Maintenant le monde entier va savoir ce que vous avez à offrir (soyons modeste, nous allons nous contenter des 30 millions de français qui ont ou auront besoin de formation pendant leur carrière). Il faut maintenant aller au delà des promesses et entrer dans le coeur du sujet : comment allez vous régler ce problème ?La bonne nouvelle c’est que vous êtes un pro, avec les bons réflexes d’un ingénieur pédagogique, il est temps de définir les objectifs opérationnels (souvenez vous les 3C). Ce qui fera la différence entre votre solution et celles des concurrents se retrouve souvent dans quelques phrases qui commencent toujours par “à l’issue de la formation, le stagiaire sera capable de…” (pour aller plus loin, je vous recommande cet article).Objectif opérationnel et compétence, quelle différence ? N’entrons pas dans le débat sur ce qu’est une compétence, de toutes façons personne n’est d’accord (et clairement on a pas le temps). Puisque l’objectif d’une formation est d'acquérir des compétences, chez Ganapati nous avons fait un choix radical (contestable même, mais on assume) qui peut se résumer ainsi :La compétence, c’est ce qui est indiqué dans l’objectif de la formation.… au moins nos clients savent à quoi s’attendre, mais aussi ce qu’ils sont en droit d’exiger de nous ! Autre avantage pour nous, on sait toujours ce qu’on doit évaluer à la fin. Vous n’êtes pas obligés d’avoir une position aussi radicale, mais surtout (par pitié) soyez très clair sur ce que vous allez faire avec les collaborateurs qu’une entreprise aura eu la bonne idée de vous confier. Si votre offre n’est pas claire (ou pire, trompeuse) vous risquez tout simplement de vous “griller”. De nombreux formateurs en sous traitance ont été confronté à ce problème, un commercial a dit oui à une commande qu’il n’a pas compris, puis il l’a renvoyé vers un formateur en lui expliquant que “tu fais comme d’habitude”... (ceux qui l’ont vécu comprendront)... et à la fin on cherche un coupable.C’est donc à vous d’être clair, prenez tout le temps qu’il faudra, et gardez toujours en tête que votre prestation est une charge pour l’entreprise, que vous devez transformer en investissement (souvenez vous, c’est un des éléments qui justifie votre prix).Quand vous rédigez votre offre de formation, le client doit comprendre en quelques mots qu’il peut vous faire confiance car :vous êtes légitimes / expert du sujetvous comprenez bien le problèmevous avez vraiment réfléchi à la meilleure solution possibleil pourra constater le résultat sur des éléments observablevous aurez choisi les modalités qui offrent le meilleur mix efficacité / tempsDevez vous donner à votre client le contenu pédagogique d’une action de formation avant de l’animer ? Je ne pense pas, il faut faire la différence entre le produit et le secret de fabrication (avez vous essayé de demandé la recette du Nutella ?). Montrez en juste assez pour donner envie, ce sera bien suffisant. Au delà votre offre perdra de sa magie et deviendra beaucoup moins alléchante.Demandez à vos clients ce qu’ils attendent… et faites autre chose“si j’avais écouté les clients, j’aurais fait des chevaux plus rapide” Henry FordC’est vous l’expert, sinon on ne ferait pas appel à vous, alors vous en savez plus que vos clients. Votre offre de formation est là pour le leur faire comprendre. Vos clients vont avoir tendance à chercher une solution “habituelle” à leurs problèmes, juste par habitude. C’est là que vous devez agir. Un client veut une formation pour les salariés qui n’applique pas les procédures… proposez une formation aux managers (il y a de fortes chances que le problème vienne de là). Un autre veut former un de ses collaborateurs pour le faire devenir “référent développement durable”... expliquez lui que c’est toute l’entreprise qui est impliquée ou personne.Ce qui est ennuyeux avec les solutions habituelles, c’est que tout le monde les connaît, les formateurs se piquent les programmes les uns aux autres et finalement la différence se fera par le prix, aucun intérêt pour vous. Vous n’êtes pas meilleur ou moins cher, vous êtes unique. Cette proposition innovante doit être intégrée dans votre catalogue de formation, pour en faire profiter le plus grand nombre. Par exemple tous les métiers sont potentiellement impactés par des gains de productivité (potentiels) liés à la digitalisation, aux méthodes agiles, à la collaboration, pourquoi ne pas construire une offre spécifique à un métier (regardez par ici, une formation au brassage de la bière intègre la découverte d’un logiciel).Un exemple maintenant connu mérite d’être raconté ici. Pendant des années, des entreprises qui rencontrent des problèmes à cause d’une maîtrise insuffisante des savoirs de base recevaient systématiquement les mêmes propositions : des cours de français et de maths… logique. Puis des formateurs ont eu l’idée, pour encourager leurs stagiaires, de ne plus utiliser des manuels de cours standards mais de construire des exercices “contextualisés” (basés sur des situations professionnelles vécues, aujourd’hui ça paraît inévitable mais pas il y a 15 ans), ils ont été nombreux à le faire mais seuls quelques uns en ont retirés plus de succès, vous savez pourquoi ? La plupart n’ont même pas pensé à le dire à leurs clients ! Imaginez le DRH qui reçoit deux propositions de programme, une “standard” et une autre “personnalisée au métier”... le plus fort c’est que de nombreuses entreprises n’imaginaient même pas que c’était possible (il faut savoir que l’image que les personnes se font de la formation est directement liée à leur propre expérience scolaire).Si vous faites ce que le client demande, vous êtes serviable. Si vous devancer sa demande, vous devenez indispensable.L’écoute des clients a un autre avantage, celui de déceler leurs problèmes.Lorsqu’on a un problème, on cherche une solution ? Et bien non, pas toujours. Saviez vous que la plupart des problèmes “qui pourraient être soignés” par une formation ne le sont pas, tout simplement parce que les personnes qui les subissent n’imaginent pas qu’il existe une solution. Si vous mettez à jour le problème et votre proposition de valeur, vous attirez l’attention. A vous de jouer.Ne demandez pas à ceux qui vont payer de fixer le prix !Essayez et vous verrez bien ;-)... C’est une blague, ne faites jamais ça. Savez vous comment font les start up pour fixer le prix d’un produit ? C’est simple et redoutable.Elles donnent un prix à un client, s’il accepte elles donnent un prix plus élevé au client suivant, et ainsi de suite. C’est le meilleur moyen de savoir jusqu’où votre marché peut aller pour votre service. Quand les DRH commencent à grincer des dents, à vous de faire l’arbitrage : ceux qui peuvent payer ce prix sont-ils suffisamment nombreux ? Trop souvent les formateurs hésitent à se donner un prix (c’est tellement fréquent qu’on en a fait un article), alors retenez cette règle simple :Si votre offre est calquée sur les autres, le prix le sera aussi. Si votre offre est unique, le prix le sera aussi.La situation économique actuelle confronte de nombreuses entreprises à des problèmes nouveaux, apportez leur de nouvelles solutions, ce sera mutuellement bénéfique.

Lire l'article
Comment rédiger un objectif pédagogique opérationnel ? 1 févr. 2019

Lorsque l’on est formateur indépendant, l'ingénierie de formation représente une part importante de l’activité professionnelle. Une fois les client potentiels rencontrés , l’analyse du besoin réalisée et validée par le client, reste à se retrousser les manches pour construire ce que l’on a vendu. Mais qui dit ingénierie de formation, dit aussi montée en compétence des apprenants qui seront formés.En effet il apparaît de plus en plus nécessaire de répondre au mieux aux exigences des entreprises qui souhaitent avant tout faire monter leurs collaborateurs en compétences pour se développer de manière efficiente. Et là, vous vous dites, évidemment elle va nous parler d’objectifs, et c’est vrai !! car sans objectifs pédagogiques opérationnels comment savoir le but à atteindre et surtout ce que vous devrez évaluer aux différents stade de la formation.Et puis, quoi de plus difficile à vivre qu’une formation où on ne sait pas où l’on va et à quoi cela peut servir. Pire, lorsque l’on doit être évaluer en fin de formation pour un titre ou un diplôme et que l’on ne sait pas sur quoi portera l’évaluation. De quoi vous rappeler quelques souvenirs, n’est ce pas ?Qu’est-ce qu’un objectif pédagogique ?Alors, qu’est-ce qu’un objectif ? Si on regarde une définition du dictionnaire, on trouve entre autre:But, résultat vers lequel tend l'action de quelqu'un, d'un groupeBut, cible que quelque chose doit atteindreIl s’agit donc bien d’un but à atteindre, et en formation, ce but et de faire monter l’apprenant en compétence. Il nous faut donc définir un objectif opérationnel qui soit quantifiable et évaluable.Alors comment définir cet objectif qui permettra de guider telle une boussole les apprenants mais aussi le formateur ?Car cet objectif opérationnel, une fois défini, vous aide à réaliser une évaluation de qualité qui permettra aux apprenants de valider leurs nouvelles compétences. Outre la plus value pour l’employeur, il y a gratification pour l’apprenant qui gagne en employabilité et qui peut parfois restaurer une confiance en soi.Alors, nous y voilà, la définition d’un objectif pédagogique opérationnel, est finalement facile si on utilise la règle de Mager, celle dite des 3 “C” :Comportement observableCondition de réalisationCritère de réussiteLe comportement observable doit être formulé avec un verbe d’action observable, par exemple: “l’apprenant sera capable de …”. En revanche, tous les verbes qui font appellent à une action non observable sont à éviter. Les verbes savoir, comprendre, faire preuve… sont à proscrire.Conditions de réalisation : décrit les contraintes que le formateur va imposer à l’apprenant pour mesurer l’atteinte de l’objectif. Elles peuvent être exprimées en terme de moyen, lieu, méthodes. Exemple: sans batteur électrique, sans calculatrice, avec la méthode “Y”...Les critères de réussite : le critère de performance permet de donner des précisions qualitatives et/ou quantitatives sur le résultat de l’apprentissage.Exemple : En 10 minutes, sans erreur, en respectant le protocole...Prenons un premier exemple de formation en savoir et savoir faire :Ce qui n’est pas un objectif opérationnel :L’apprenant saura comprendre comment réaliser une recette de gâteau au chocolatCe qui est objectif opérationnel :L’apprenant, au terme de la formation sera capable de :-réaliser un gâteau au chocolat selon le recette de Pierre Hermé, avec l’aide d’un batteur électrique et dans un temps limité d’1h00. (1)-réaliser le glaçage de présentation selon la recette enseignée en 30 mn. (2)→ les conditions de réalisation sont: la recette de Pierre Hermé et la recette de     glaçage , ainsi que l’aide du batteur.→ le critère de réussite est le temps A partir d’un tel objectif, il vous sera plus facile de délimiter le contenu de votre formation en ayant toujours cet objectif pédagogique en ligne de mire.Il sera également très facile de réaliser une grille d’évaluation qui jugera de la réalisation dans les conditions et les critères énoncés, lors d’une mise en situation. Vous pouvez également demander à chaque apprenant de vous écrire la recette afin de vérifier si le référentiel théorique est maîtrisé.Vous devez bien sûr, énoncer l’objectif pédagogique opérationnel en début de formation et le laisser bien en vue des apprenants afin de les rendre acteurs de leur réussite à l’évaluation finale et ne pas les “abandonner” dans le déroulé de la séance pédagogique. Il sera de votre responsabilité de les accompagner vers cette réussite en individualisant les besoins, car tous les apprenants ne sont pas autonomes d’emblée et il faudra les y aider.Prenons maintenant un deuxième exemple de formation en savoir et savoir être:Imaginons que vous aillez à former des personnels d'accueil de grandes administrations, vous trouver l’exercice plus compliqué et il est vrai que l’évaluation ne pourra peut être pas être aussi exhaustive. Mais l’idée est pourtant la même:Ce qui n’est pas un objectif opérationnel:L’apprenant saura faire preuve d’une communication adéquate pour recevoir le public.Ce qui est un objectif opérationnel:Au terme de la formation, l’apprenant sera en capacité de:accueillir le public avec le sourire et avec la posture professionnelle enseignée lors de la session de formation savoir prononcer et écrire au moins 30 mots d’anglais et d’espagnol sans erreur analyser la demande de la personne reçue en ayant pour trame le questionnaire d’accueil enseigné lors de la formationorienter efficacement la personne grâce au répertoire mis à disposition par l’entreprise garder son calme en toutes circonstances même face à une personne agressive et de désamorcer les conflits selon la technique abordée au sein de la formationanalyser et prioriser les situations d’urgence qui nécessite de faire appel à un tiersGrâce à ce type d’objectif pédagogique, votre plan détaillé apparaît plus clairement et vous gagnez un temps précieux. L’évaluation apparaît claire car vous pouvez réaliser un quizz écrit sur tout ce qui concerne les protocoles à mettre en place ou les langues étrangère à parler. Enfin et surtout, il est possible de mettre en place plusieurs mises en situation et d’évaluer ainsi la personne et les interactions du groupe, qui sont également très formatives.Vous évaluez également la capacité de remise en question de chaque apprenant au sein du groupe.Toutefois, il faut aussi parler des limites de cette méthode, en effet, le mieux est l’ennemi du bien. Faites attention, de ne pas aller trop loin dans des objectifs trop ambitieux et qui vous engagerons auprès de l’entreprise de manière déraisonnable. D’abord parce que vous devrez aller jusqu’au bout de votre engagement même s’il devient intenable, ensuite parce que certaines entreprises n’apprécieront pas que vous alliez trop loin dans l’évaluation qui résultera de cet objectif. En effet, certaines entreprises prendront ce zèle pour de l’ingérence dans leur gestion des compétences de leur personnel. Il faut donc garder en tête de ne pas se substituer à l’entreprise mais de toutefois vous engager suffisamment dans la montée en compétences des apprenants.Vous verrez vite la limite à ne pas franchir !!Alors certains se diront peut être, que c’est un peu fastidieux et surtout que c’est un peu rigide. Mais je dirais que pour avoir réalisé des formations sans cette méthodologie et maintenant avec, je gagne en temps et en qualité de formation. En effet, les entreprises auront vite fait leur choix entre un formateur capable de prouver la montée en compétence à l’issue de sa formation de celui qui ne donne aucune garantie pour l’entreprise de la montée en compétences de ses employés ! Cela montre que vous vous mettez en responsabilité de ce que vous transmettez.

Lire l'article
[comprendre] L'hypnose Ericksonienne 30 janv. 2019

L’hypnose ericksonienne est issue de la pratique de Milton Erickson (1901-1980). Caractérisée par une approche souple, indirecte (métaphores) et non dirigiste, cette forme d’hypnose a donné naissance à de nombreux courants de psychothérapie moderne : thérapie familiale, thérapie brève (stratégique, systémique), programmation neuro-linguistique (PNL)…"Arrêter de faire de la même chose pour pouvoir faire autre chose"MILTON ERICKSONUtilisée en psychothérapie, elle se situe dans une optique courte : sur une durée de quelques semaines à quelques mois sont suffisantes, même pour des problèmes sérieux lourds et cela sans « rechute » ou « substitution de symptôme ».Pour Milton Erickson, l’inconscient est profondément bon et puissant. Il se révèle une puissance bienveillante avec laquelle l’état hypnotique doit permettre de coopérer. L’inconscient est capable de mobiliser des ressources intérieures, des potentialités susceptibles de conduire aux changements désirés. L’hypnose ericksonienne a pour but d’amener conscient et inconscient à travailler ensemble pour déclencher les changements utiles à la résolution du problème.Milton Erickson enseignait à ses étudiants le respect du patient : chaque personne est unique et il ne peut y avoir de normalisation des techniques inductives ; il faut prendre en compte la personnalité du patient et respecter sa demande.  POURQUOI S’ORIENTER VERS L’HYPNOSE ET DANS QUELLE SITUATION ?Je me se sens bloqué(e) ou empêché(e)J’ai du mal à surmonter un événement difficile (deuil, séparation, chômage, retraite) Je suis traumatisé(e) (accident, agression…)J’ai du mal à affronter le quotidien (mal-être, tristesse, découragement) J’ai du mal à appréhender un événement (accouchement, examen, réunions)Je suis emprisonné(e) dans une dépendance (tabac, alcool, drogue…)J’ai des douleurs (migraine, mal de dos…)J’ai des acouphènesJe suis malheureux(se) au travail(problème relationnel, mauvaise ambiance, peurs, harcèlement, limite du burn-out…)Je suis stressé(e) (trac, timidité, manque de confiance en soi, stress en tous genres) Je suis victime de troubles anxieux (phobie sociale, trouble panique, TOC, agoraphobie…)

Lire l'article
Fixez le juste prix de vos formations 24 janv. 2019

Comment calculer son tarif journalier quand on est formateur ?C’est une une question que se posent tous les formateurs indépendants, il est en effet très difficile de fixer son tarif car il renvoie de façon très explicite à la valeur perçue de la formation et par conséquent à la valeur intrinsèque du formateur, rien de plus difficile que de définir sa propre valeur, c’est pourtant ce que vous devrez faire, sinon d’autres le feront pour vous… à leur avantage.Mais surtout vous devez commencer par analyser le coût réel de vos formations. Pour le client, le prix représente la prestation du formateur (pour faire simple : le temps passé face aux stagiaires), et rien de plus, en réalité la complexité de l’activité fait que plusieurs tâches invisibles et plusieurs acteurs sont impliqués.Tout d’abord, sachez que si vous proposez vos offres de formation en tant qu’indépendant il existe plusieurs situations possible. Si vous avez un client, que celui ci est prêt à vous payer pour une prestation de formation, vous devez prendre en considération la chaîne de valeur, c’est à dire l’ensemble des intervenants qui participent à la création du prix qui sera payé par le client. Pour faire simple, plus les maillons de la chaîne de valeur sont nombreux et moins vous gagnez à la fin. En contrepartie, plus la chaîne est courte et plus vous aurez de tâches à réaliser vous même ! Il est donc important de bien décomposer cette chaine pour prendre la meilleure décision.Les organismes de formation et les principaux coûts intermédiaires Voici une liste non exhaustive des principaux acteurs de la chaîne de valeur, qui doivent être rémunérés pour leur participation, si vous ne faites pas appels à ces services vous devrez assumer vous mêmes les tâches correspondantes :L’apporteur d’affaire : c’est la personne qui “trouve” le client. Pour certains il s’agit d’un vrai métier. Il n’y a pas de règle dans ce domaine, les apporteurs externes sont rémunérés sur la base d’un contrat commercial et reçoivent une part du chiffre d’affaire des prestations réalisées. Les commissions sont le plus souvent proportionnelles, et peuvent variées de 8% à 20%, en fonction de la difficulté commerciale. Le rôle de l’apporteur s’arrête à la présentation d’un client, il n’a pas de rôle de conseil ou d’ingénierie de formation. Notez qu’il peut être tout à fait intéressant pour un formateur de profiter de sa présence dans une entreprise pour déceler de nouveaux besoins, la démarche est généralement très appréciée par le client.Le coordinateur : il s’agit de la personne en charge de la qualité et de la logistique de la formation, il trouve et réserve la bonne salle, s’assure de la conformité de la prestation, prépare les éléments de facturation… Indispensable dans les grands centres de formation, son rôle est difficilement valorisable pour un formateur indépendant, sauf à vouloir être assisté de bout en bout.Le conseiller en formation : il aide le client à définir son besoin et fait le lien avec le formateur pour apporter la meilleure proposition possible. Il peut être aussi apporteur d’affaire pour une prestation plus complète. Son aide est précieuse dès qu’il faut innover et aussi dès qu’un financement spécifique doit être activé, c’est donc un expert de la formation qui doit pouvoir mettre de l’huile dans les rouages.Le gestionnaire : très important, c’est celui grâce à qui vos prestations seront traitées en conformité avec les contraintes réglementaires en vigueur (le plus souvent les règles du droit de la formation et du Datadock).L’organisme de formation : c’est l’entité juridique qui est habilité à proposer des formations dans les conditions définies par la loi, il est à la fois apporteur d’affaire, coordinateur, conseiller en formation et gestionnaire. Le modèle le plus répandu pour l’organisation de la chaîne de valeur se résume en une équation de Pareto : le formateur produit 80% de la valeur perçue par le client, mais ne reçoit que 20% du chiffre d’affaire. La raison est simple, il est difficile de faire autrement ! Difficile mais pas impossible.Le saviez vous ? Un organisme de formation ne peut confier plus de 30 jours par an à un intervenant ponctuel (210h), au delà le contrat de travail CDD ou CDI s’impose.Maîtriser le coût de production d’une formationFaut il faire appel à ces personnes ? Il n’y a pas de réponse miracle bien sûr. Nous avons en définitive un panel de choix avec deux extrémités :d’un côté le formateur indépendant auto-suffisant : sa chaine de valeur n’a qu’un seul maillon (lui-même), il perçoit donc 100% des revenus. En échange il sacrifie en général 30-40% de son temps de travail à des tâches non productives (c’est à dire non “facturable”). de l’autre le fait de travailler pour un centre de formation comme sous-traitant, et bénéficier de tous les services : cette fois il pourra consacrer plus de temps à “produire de la formation”, en contrepartie il devra concéder que le centre de formation encaisse pour son compte 70%-80% de la valeur.Imaginons un prix moyen de 100€ par jour. Dans le premier cas, le formateur indépendant facture 3 jours par semaine à 100€ (résultat 300€), dans le second il facture 4 jours à 30€ (résultat 120€), le calcul est vite fait un indépendant peut gagner deux à trois fois plus. Entre les deux, c’est à vous de faire votre propre mix. A titre de comparaison, les utilisateur de Ganapati.fr cède 8% de leur chiffre d’affaire pour n’avoir plus que 10-15% de temps de gestion (ou 18% si nous devons faire appel à un apporteur d’affaire), une semaine de travail revient alors à 4 jours à 82€ ou 92€ (résultat 328€ à 368€). N’hésitez pas à nous contacter pour en savoir plus.Et vous de quels services avez vous besoin ? Réfléchissez bien car il est parfois difficile de retourner en arrière. De nombreux formateurs choisissent la sous traitance pour son efficacité immédiate, mais en faisant cela ils se privent du temps libre qui leur permettrait de gagner deux fois ou trois fois plus, surtout ils se privent de la visibilité nécessaire à la valorisation de leur expertise. Souvenez vous : pour le client final cela ne change absolument rien, il paiera 100% de la prestation, que vous receviez 20% ou 90%.Comment analyser sa chaîne de valeur ? Nous pourrions entrer dans des calculs savants et très exacts, nous allons nous contenter d’une check-list approximative, pour chacun des points suivants vous allez répondre à deux questions : “en ai-je besoin ?” et si oui “quelle part du chiffre d’affaire suis-je prêt à concéder pour ce service ?” :la mise à disposition des conditions réglementaires (datadock) pour accéder aux financements de formationla gestion documentaire de mes prestations : édition de document, envoi, stockagela facturation : devis, convention, facture, recouvrementl’apport d’affairel’assistance d’un expert de la formationla coordination logistique de mes prestations : réservation, transports…Vous savez maintenant ce qu’il va vous rester une fois que votre client aura payé.Gardez toujours en tête la particularité de votre profession, pour fournir des formations de qualité, vous êtes obligé de garder du temps pour préparer vos interventions. Au minimum vous aurez toujours un journée par semaine de préparation, votre chiffre d’affaire sera donc réalisé sur 4 jour par semaine (les formations le week end restent rares). Donc si vous visez un salaire de 100 par jour en moyenne, les jours facturables doivent rapporter 125.La question des frais annexes est particulière, il est en effet normal que les frais de transport, de repas et d’hébergement sont à la charge du client lors des sessions Intra. Pour les calculer il y a deux écoles :Soit vous conserver l’ensemble de vos factures et vous faites le total, que vous ajouter à la facture finale de la formation.Soit vous calculer à priori de façon forfaitaire, il suffit d’appliquer le barème fiscal de référence (attention à votre type de véhicule).(Avec Ganapati nous avons choisi la deuxième solution, d’abord parce que nos clients apprécient la facture sans surprise, mais aussi pour permettre aux formateurs de soustraire ces dépenses de leurs déclarations de chiffre d’affaire plus facilement.)Et les impôts, et les charges ?La plupart des indépendants démarrent aujourd’hui sous le statut de la micro entreprise, c’est très simple à mettre en place, les conséquences sont les suivantes :chaque trimestre, vous déclarez les sommes perçues et vous payez environ 25% de charges sur ces sommes.et c’est tout, le paiement est forfaitaire, vous ne serez donc pas redevable de l’impôt sur le revenu pour ces sommes.normalement vous devez gérer la TVA au delà d’un certain seuil, cette règle peut être annulée dès qu’il s’agit de formation, sous réserve d’en faire la demande auprès de la DIRECCTE de votre région.Maintenant que vous connaissez vos charges, il est temps de passer aux choses sérieuses, vous valez combien ?Le vrai prix des formationsMaintenant que nous avons analysé les charges (Je sens que vous allez me détestez)... Le prix de votre formation n’a presque rien à voir avec son coût de production. Si vous maîtrisez vos charges, tant mieux pour vous, mais votre client s’en moque.Le prix de vos prestations dépend moins de leurs coûts de production que de la valeur perçue par le client. Voyons comment se détermine la valeur d’une formation.Tout d’abord le gain espéré par votre client. N’oubliez pas qu’une entreprise décide d’investir dans “de nouvelles compétences” pour une bonne raison : elle attend un retour sur investissement. La nature de ce retour ? A vous de le lui dire ! Si votre action permet aux salariés de produire 3 fois plus cela justifie un prix plus élevé qu’un gain de “seulement” 2 fois plus. Souvenez vous que votre plus value sera toujours mieux perçue si elle est chiffrée (“gagnez 10% de temps de production”, “réduisez de moitié l’absentéisme”, “limitez le gaspillage de 20%”...)Ensuite la rareté de l’offre, “au royaume des aveugles les borgnes sont rois”, lorsqu’il s’agit d’une compétence rare les prix s’envole. Imaginez une entreprise qui recherche “un formateur pour un logiciel… qui n’a pas de service technique en France… qui vient de connaître une mise à jour majeure… pour des salariés non francophone…” Le cauchemar pour un organisme de formation, le rêve pour celui qui sera la perle rare.Enfin la qualité individuelle de VOTRE offre, votre expertise ou à défaut votre expérience, encore faut il que le client en ait conscience ! Il devient essentiel de cultiver son “personal branding” ou sa “marque formateur”, pourquoi y-a-t-il autant de monde sur Linkedin ? Soyons clair, personne ne le fera à votre place, si vous ne faites pas l’effort de montrer votre expertise… personne ne la verra, CQFD. Par exemple chez Ganapati nous recommandons à nos formateurs d’utiliser l’outil intégré de blog et de relayer les articles ensuite sur les réseaux sociaux, c’est le meilleur moyen de se faire repérer par les algorithme de Google, qui vous le rendront bien.Ainsi, selon les domaines de formation, le prix sera le résultat de :“retour espéré” x rareté x expertise du formateurMais attention, il faut tout de même rester dans des bornes raisonnables. En règle générale le prix d’une formation va varier entre 600€ et 2500€ par jour.Pour une formation obligatoire (donc souvent non souhaitée), qui n’apporte pas de plus value visible, avec un grand nombre de formateur sur le marché et des expertises à peu près équivalentes, il sera difficile de monter ses prix au dessus de 1000€ / jour, par contre vous vous adressez à une cible beaucoup plus large.Pour une formation jugée comme stratégique, avec des conditions de réalisation très contraintes et que vous êtes le seul à pouvoir animer, vous arriverez rapidement à une tarification au delà des 2000€ par jour.Quelques autres éléments sont à prendre en compte au moment de fixer votre tarif :Spontanément vous viserez toujours trop bas, si vous faites ça vous aurez du mal ensuite à augmenter votre prix, si vous devez facturer moins de 100€ par heure, il faut que vous ayez une bonne raison.Ne soyez pas complexé face aux prix des “grands organismes”, souvenez vous qu’ils font juste travailler des gens comme vous, si vous offrez une prestation égale, le prix doit être le même.Les formations réalisée en région Parisienne sont souvent facturées plus cher (15%), mais ne vous réjouissez pas trop vite, les charges annexes y sont plus élevées, les transports plus longs...Il peut être très profitable de proposer des sessions Inter-entreprises, cela permet à de nombreux salariés de se former individuellement. Dans ce cas il faut que le prix de 4 ou 5 individuels couvre le prix d’une session intra.Faites la différence avec des “plus produit” : un positionnement préalable, un SAV, des contenus additionnels en ligne, un coaching individual… autant de petites attentions qui vous permettront de défendre vos prix.Si une entreprise vous demande de baisser votre prix, n’acceptez qu’en enlevant du contenu. N’oubliez pas que si elle discute c’est qu’elle est tentée…Une intervention vous demande plus de préparation que d’habitude, faites le savoir et tirez en un avantage (prix plus élevé, commande en nombre…).Vous vous posez encore des questions sur vos prix ? Parlons en pour une étude personnalisée.

Lire l'article
{e-learning} les formateurs remplacés par des robots ? 15 janv. 2019

Bonjour à tous, alors oui d'accord le titre est peut être un peu racoleur et dramatique mais je suis persuadé que nous devons nous poser cette question dès maintenant. Pourquoi ? Je vois plusieurs raisons à cela :Déjà c'est dans l'air du temps, à force d'entendre parler de pans entiers de l'économie qui vont se robotiser dans les années à venir (d'ailleurs vous noterez que les échéances annoncées sont souvent celles qui arrangent les annonceurs), de millions d'emplois qui vont changer de modalité d'exécution, j'estime qu'il n'est pas délirant de se poser la question.Ensuite parce que cela existe déjà. Je ne parle pas de robots humanoïdes bien sûr mais des plates formes de formation automatisées qui, fortes de leurs redoutables algorithmes (et bientôt de non moins redoutables IA), peuvent proposer des parcours à des milliers de personnes sans avoir à multiplier les formateurs. L'efficacité est là ! Et pour beaucoup cela est un progrès, difficile de les contredire quand ces robots offrent un enseignement jusqu'ici inimaginable à des populations qui étaient exclues du savoirs pour plein de raisons (la première étant leur manque de moyens financiers), et de plus en plus de savoirs nous sont accessibles. Il y a quelques années, Elon Musk (et oui, difficile de parler de progrès sans citer au moins l'un de ses gourous) nous offrait une analyse saisissante de l'éducation, en comparant la salle de classe "à l'ancienne" (d'aujourd'hui donc) à un théâtre amateur et la plate-forme de contenu à un blockbuster hollywoodien (l'exemple portait sur Batman) : Et sur ce point il avait raison, comment pourrions nous refuser cette débauche de moyens, d'experts, de contenus et "d'expériences pédagogiques" pour nous limiter à ce que peut nous apprendre une seule personne ? Il faut bien l'avouer, un robot va être capable de fournir la même prestation dans toutes les situations. La vrai question de la qualité de l'enseignement, pour moi n'est pas comment mais pourquoi.La qualité de la formation, de quoi s'agit-il ? Attention au double sens. Pour un formateur, un stagiaire ou une entreprise, la qualité est avant tout opérationnelle, la personne formée "devient capable de...". Dans une logique industrielle, la qualité c'est autre chose, la capacité à offrir un produit standardisé, dont les mesures entreront dans un étalonnage acceptable. Si d'un côté on mesure le produit, de l'autre on évalue le résultat. Si le robot veut garantir une qualité au même titre qu'un formateur humain, il devra garantir un process qui prend en compte le stagiaire de l'avant à l'après formation, et donc à la fois le contexte externe et interne de chaque individu. Cela n'est pas techniquement impossible, mais (pour le moment et quelques temps encore) trop complexe et donc trop long et pas assez rentable.La force du formateur humain n'est pas de faire mieux que le robot, mais de faire différemment pour chacun de ses stagiaires, de sortir des clous quand il le faut pour aller à la rencontre de l'autre, bref de ne pas offrir une prestation prévisible. Le formateur n'est pas un industriel, mais un artisan.La force du formateur est pour moi son indépendance. Si votre métier de formateur consiste à suivre à la lettre un programme (écrit par d'autre, pour un public cible "moyen") alors vous transmettez des connaissances mais rien d'autres (vous échouez en réussissant). Si vous allez au delà, si vous écoutez, comprenez, accompagnez vos stagiaires pour répondre à un besoin que vous aurez identifiez ensembles, alors vous provoquez le changement. Pensez vous qu'un robot pourra faire cela ? Un logiciel prendra-t-il du plaisir à voir ses stagiaires réussir ?Alors, il faut brûler les robots ? Pas si sûr, ils pourrait bien nous être utiles si nous les prenons pour ce qu'ils sont... L'automatisation des tâches administratives par exemple peut être un vrai gain en productivité (pour ceux qui perdent encore trop de temps à ne pas faire leur métier, voir ici), car il faut bien reconnaitre qu'un ordinateur sera plus rapide pour remplir des documents, créer des dossiers ou ranger des éléments de preuves, le taux d'erreur est ridiculement faible pour ceux qui utilisent un ERP. Plus besoin d'envoyer soi-même les emails, de compter les réponses, d'écrire les listes d'émargement, de calculer les itinéraires... Je ne sais pas pour vous mais pour moi, la partie administrative des formations m'ennuie profondément et je n'ai pas de travail pour un(e) secrétaire à temps plein. En confiant à un robot toutes ces petites tâches sans valeur, mais néanmoins obligatoires, je me libère du temps pour ce qui compte vraiment.Concentrons nous sur l'essentiel et laissons le reste aux robots, qu'en pensez vous ?

Lire l'article
Le RNCP est-il indispensable ? 14 janv. 2019

Une arme de formation massiveLes métiers se transforment et la formation évolue, ça ne vous a pas échappé. Si vous avez suivi un minimum les évolutions récentes, une expression ne vous a pas échappé non plus : nous sommes entrés dans la bataille des compétences... Allons allons, une bataille ? mais contre qui d'abord ? Si la réponse n'a pas été formulée clairement par nos dirigeants, deux constats s'imposent : d'abord nous devons admettre qu'il existe bel et bien une concurrence entre les régions du monde (et même à l'intérieur de ces régions) pour capter les meilleurs emplois, ceux qui permettent d'obtenir (et de conserver) collectivement les meilleures conditions de vie. Ensuite gardons à l'esprit que dans un monde qui bouge plutôt vite le vrai courage c'est de s'affronter soi même. Pour faire simple, nous serions en danger si nous n'anticipons pas nos capacités à rester productifs. Que l'on parle de productivité, de transformation digitale, de peur du déclassement, il s'agit bien de préparer l'avenir (et plutôt à court terme).Pour répondre aux grands enjeux de l'emploi en France, actuels et à venir, il est tout simplement obligatoire de garantir l'accès au plus grand nombre, sinon à tous, à un niveau de qualification qui permettra de prendre à bras le corps les défis que représentent l'évolution des emplois. Disons le franchement, ceux qui ne monteront pas leur niveau de qualification de façon continue risquent de faire face à des murs de plus en plus hauts, pas impossible bien sûr, mais plus long et plus cher... La première arme, serait historiquement la certification.C'est quoi une certification ?Dans cette "bataille", la victoire sera collective, nous avons tous déjà compris que les diplômes "classiques" (ceux que nous obtenons à l'école) seront loin d'être suffisants. D'abord parce qu'il y a souvent des écarts entre ce qu'on enseigne à l'école et ce qu'il se passe dans la vraie vie (souvenez vous : les métiers évoluent) Il faut donc s'ouvrir à d'autres types de certifications, la bonne nouvelle c'est qu'il y en a beaucoup ! En effet la CNCP (Commission Nationale des Certifications Professionnelles) a pour mission de comptabiliser et classer tout ce qui permet d'attester d'un certain niveau de compétence en regard d'un référentiel précis, lui même établi en regard de situations professionnelles identifiées. Pour faire simple et pour ce qui nous intéresse, une certification est donc une preuve, délivrée par un organisme légitime, de la maitrise des compétences d'une situation professionnelle. Nous trouvons donc pour chaque certification les informations suivantes :Le certificateur : le plus connu est bien sûr le Ministère de l'Education Nationale (on parle alors de diplômes : CAP, bac pro, BP, BTS, licence, master, DU...), viennent ensuite le Ministère de l'emploi (les titres professionnels) ou celui de l'agriculture (les CAPA, BEPA, BTSA...) et bien sûr les Ministères de la Santé ou de l'Action Sociale et leurs Diplômes d'Etat (DE). Les organismes consulaires peuvent aussi présenter des certifications (par exemple les Chambres de Métiers avec les Brevets de Maîtrise et Brevets de Maitrise Supérieur, BTM...), mais aussi les branches professionnelles qui portent chacune leurs Certificats de Qualification Professionnelle (CQP IH pour l'hôtellerie, CQPM pour la métallurgie...), enfin toute entreprise (et pas uniquement une école) peut proposer la création d'un "titre privé".Le référentiel : il détaille de façon suffisante (pour une homogénéité des mises en oeuvre) le contenu attendu dans la formation, les niveau de compétences attendus, ainsi que les modes de contrôle attendus. Le référentiel fait référence à une situation professionnelle qui lui permet d'obtenir un "niveau", cela va du niveau 5 (le niveau du CAP) au niveau 1 (master, diplôme d'ingénieur).Les règles de fonctionnement : ces règles déterminent qui peut former, qui peut organiser les évaluations, qui délivre les certifications... Dans certains cas cela va jusqu'à déterminer les durées de formation attendues, ainsi que les modalités de formation possible (alternance, VAE...).L'avantage lorsqu'une certification est proposée à l'issue d'une formation, c'est que nous savons où nous allons (que nous soyons formateurs, stagiaires, clients) et nous savons "ce que nous achetons", puisque le produit est standardisé. Sur le marché de l'emploi c'est un vrai plus, il devient inutile de questionner en détail le niveau de compétence d'un candidat car la certification nous en offre une définition vérifiable... Bon ça c'est en théorie évidemment mais tout de même, il s'agit là de la première étape vers une démarche qualité dans la formation professionnelle.Le RNCP est donc une garantie, non pas de la qualité intrinsèque (pédagogique) d'une formation, mais plutôt d'une reconnaissance ultérieure de l'investissement consenti. On dit d'une formation qu'elle peut être certifiante (même si ce n'est pas obligé) et d'une personne qu'elle est certifiée. Lorsqu'une formation n'est pas certifiante, on dit le plus souvent qu'elle est qualifiante (ce terme n'a pas de définition officielle) ou plus simplement "hors RNCP".Une dernière chose, pour ceux qui se poseraient la question, la totalité des formations relevant d'une certification RNCP sont de droit éligibles au CPF, même si l'inverse n'est pas vrai, encore un avantage.RNCP, Data-Dock, CPF, n° de déclaration OF : j'ai le droit de former ou pas ?En fait c'est très simple. Si tous ces termes renvoient au monde de la formation ils recouvrent tout simplement des objectifs et des réalités différentes, la déclaration et le Data-Dock concernent les organismes de formation, le CPF concerne l'action de formation, le RNCP concerne le résultat de la formation :La déclaration comme organisme de formation est une simple démarche qui consiste à faire savoir à la Direccte de votre Région que vous dispensez des formations. Contrairement à une idée reçue, c'est obligatoire aussi pour les formateurs en sous traitance. Que vous soyez tout seul ou une équipe de 80 personnes, vous serez "Organisme de Formation". Cette démarche est plutôt simple pourvu que vous respectiez les règles en vigueur. Il s'agit donc d'un droit à former.Le Data-Dock (ou plutôt le GIE Data-Dock) est un organisme qui vérifie, pour le compte de plusieurs financeurs de la formation (OPCO, OPACIF) que vous respectez bien les contraintes du "décret qualité formation" (une évaluation sur 21 critères), lequel décret stipule que vous ne pourrez pas bénéficiez de financement public ou mutualisé si vous ne le respectez pas. Il s'agit donc cette fois du droit à voir son action prise en charge financièrement par un organisme payeur de la formation. Attention le Data-Dock n'est pas une preuve pour Pôle Emploi qui a son propre outil de vérification, ni les Régions qui intègrent cette mission dans les appels d'offre.Le CPF, c'est encore autre chose. Il s'agit d'un dispositif de formation (un financement spécifique avec un objectif spécifique) activable par les salariés, pour bénéficier d'actions de formation qui y sont éligibles. Les actions éligibles sont inscrites dans des listes par plusieurs acteurs (régions, COPANEF, branches professionnelles) et à se titre peuvent donc être prise en charge (prochainement par France Compétence).Le RNCP je n'insiste pas ?...Des limites et du bon usage du RNCPAlors vous allez me dire "c'est bien tout ça mais ça ne concerne que les formations longues et chères !". En effet, la logique de certification porte (pour le moment ?) sur une logique de métier, et donc nécessairement sur un ensemble de compétences, assemblées dans un but précis. Or nous le savons, les métiers évoluent tout le temps, se créent, disparaissent. Il semble de plus en plus judicieux de se construire soi même son stock de compétences afin de répondre au mieux à ses besoins uniques, et en définitive de passer d'une logique de certification à une logique de micro-certification, mais n'est-ce pas là la mission du CPF, avec ses listes de formations éligibles ? Nous le saurons très vite.Maintenant que vous savez ce qu'il contient, n'hésitez pas à fouiller dedans ! Vous serez peut être surpris de voir pour certains métiers que l'offre de certification est bien plus large que ce l'on imagine. Il suffit d'aller directement sur la page de recherche : http://www.rncp.cncp.gouv.fr/grand-public/rechercheSaviez vous qu'il existe 12 certifications différentes portant sur le métier de soudeur, 42 pour les coachs, 86 pour le métier de comptable... Difficile de faire son choix et nous ne pouvons que constatez que dans le domaine des certifications aussi la concurrence est forte, elle reflète la concurrence que se livrent les écoles, il s'agit après tout d'un marché comme un autre... Le mieux est toujours de se renseigner en profondeur et bien sûr en dehors du cercle officiel du certificateur. Si toutes les certifications répondent à des critères strictes, clairement toutes ne se valent pas sur le marché de l'emploi.Pour finir une astuce qui vous permettra de faire la différence lorsque vous proposez une certification. Ne considérez jamais la certification comme une fin en soi, l'objectif d'une formation doit toujours être l'acquisition de compétences et non de se conformer à un référentiel. Si ce dernier ne vous semble pas suffisant vous avez le droit de le compléter, vos formations n'en seront que meilleures.

Lire l'article
Comment optimiser la durée de vie de ses publications 7 janv. 2019

Comparaison des durées de vie d’un post sur les réseaux sociauxD’après vous combien de temps reste à jour une publication dans le fil d’actualité ?Issu d’une société médiatique instantané, avec la culture du « zap », le contenu de nos réseaux sociaux se veut éphémère : à peine aperçu, il disparaît déjà dans les oubliettes, laissant place à de nouvelles informations. Ceci n’échappe pas à Linkedin avec ses 2,1 millions d’utilisateurs par jour en France, dont 1,3 million sur smartphone et tablette. Racheté par Microsoft en 2016, ce réseau social est animé par une multitude de professionnels de tous secteurs dans le monde entier, notamment les formateurs indépendants. Il s’est très vite imposé comme la plateforme sociale pour professionnelle pour échanger et s’informer, permettant à des formateurs de trouver des clients. Comme vous le savez nous pouvons poster des messages publics et des articles sur Linkedin. Si vous souhaitez découvrir des astuces sur les bonnes pratiques de publication, nous vous recommandons notre article.Malgré l’accès instantané à l’information, ces réseaux ont pour inconvénient d’être chronophages, entre autres avec Linkedin la fréquence de publication recommandé est de 2 posts par jour, pour un temps moyen passé par vos clients de 18 minutes en moyenne... en 1 mois. Ce n’est pas tout, connaissez-vous la durée de vie d’un post sur les réseaux sociaux ? Quelle plateforme d’après-vous permet de garder son contenu le plus longtemps ? Découvrez ci-dessous les chiffres clés des réseaux sociaux. D’après Statista, la durée de vie des posts sur un fil d’actualité dépend de la taille de votre réseau, respectivement de 18 minutes pour Twitter, 5 heures pour Facebook. En tête de liste, Linkedin se place avec un honorable 24 heures. Sachez également que cela est une moyenne et dépend du nombre de personnes qui constituent votre réseau. Le plus important est d’être régulier dans les fréquences de publication. Les formateurs indépendants, sont déjà occupés à trouver des clients en cumulant plusieurs organismes de formation, la meilleure méthode reste la rédaction de plusieurs articles qui décrivent votre expertise et le bénéfice de l’entreprise à réaliser une formation. Ainsi le blog permet de garder du contenu sur des durées beaucoup plus importante, environ 2 ans pour un article et plus, il faudra veiller cependant à le garder à jour. Celui-ci a pour avantage de rester en ligne beaucoup plus longtemps et d’être partagé sur les réseaux. Il pourra être consulté par vos clients à tout moment, montrant ainsi votre expertise dans le domaine concerné. 

Lire l'article
Découvrez comment rester visible sur Linkedin en 9 étapes 4 janv. 2019

4 étapes pour booster votre visibilité mais aussi 5 erreurs à ne pas faireNous avons vu dans cet article comment avoir les bases indispensables à Linkedin, on peut se demander alors, comment garder son profil en tête de liste sur Linkedin ?Retenez ceci : « Linkedin aime Linkedin » traduction : plus vous allez interagir avec la communauté en étant actif avec des articles, des posts, des likes, plus votre profil va être remonté et aura pour conséquence directe de vous apporter plus de visibilité.Pourquoi ? Parce que Linkedin reconnaît les experts d’un domaine de métier. Grâce à la qualité et le partage de contenu pertinent.« Linkedin aime Linkedin »Commencez par poster du contenu de qualité en suivant ces recommandations :1)    Partagez des articles, vidéos ou des sites web intéressants. L’idée est de proposer du contenu pertinent et utile. Soyez attractifs avec vos lecteurs et encouragez-les à cliquer sur vos liens.2)    Partagez des documents, des astuces que vous utilisez dans votre travail personnel, ça peut-être des checklists de formateur pour s’organiser avant une session de formation, cela peut-être aussi des études de cas. Vous pouvez également partager vos offres de formations sans entrer dans la promotion intensive.3)    Mentionnez les personnes qui pourraient être utile dans vos relations. Cela peut-être même une personne d’un métier différent ce qui aura un effet levier sur votre visibilité. Par exemple : à la suite d’un petit déjeuner d’affaire vous pouvez écrire : « Je viens de rencontrer @Jérôme, comptable à la @sociétéformations, j’ai appris qu’ils seraient présents au salon de la formation professionnelle ».  Le @ devant le nom d’une personne permet aux lecteurs de cliquer et de consulter directement le profil de la personne concerné.4)    Vous pouvez mentionner l’expérience que vous venez de vivre : « Je viens d’arriver sur le salon de la formation, si vous avez des questions sur certain sujet à aborder je peux le faire pour vous ». L’idée est d’encourager votre audience à s’impliquer et à vous poser des questions sur ce que vous avez appris.Inversement, évitez absolument de poster ce type de contenu :1)    Parler de choses inutiles. Linkedin est un réseau professionnel, avant de partager, assurez-vous que votre contenu est pertinent.2)    Poster 20 messages par jours provoquerait une sursaturation à votre réseau. Poster maximum 2 nouvelles par jours.3)     Partager des sujets à polémique, restez toujours poli sur Linkedin, il s’agit d’un réseau professionnel et public.4)    Faire de la publicité constante de produit et de service est déconseillé. Votre audience penserait tout de suite au matraquage infligé par les publicitaires. Eviter donc les publicités constantes.5)    Poster des nouvelles quand personne n’est en ligne. Ainsi il faut publier du contenu quand votre audience est sur Linkedin. Ne publiez pas à l’heure des sorties du bureau ou à 1h du matin.Ces recommandations sont l'une des meilleures façons de rester constamment visible auprès de votre audience, elles sont donc très porteuses pour développer son réseau professionnel. Comme la rappeler Mark Zuckerberg fondateur de Facebook :« Les gens influencent les gens. Rien n'influence plus les gens qu'une recommandation d'un ami de confiance. Une référence fiable influence davantage les personnes que le meilleur message diffusé. Une référence fiable est le Saint Graal de la publicité » en l’occurrence la vôtre.J’espère que cet article vous a plus et que vous allez améliorer votre visibilité, restez toujours sincère et humain avant tout.D’après-vous, combien de temps votre publication va-t-elle rester sur le fil d’actualité de Linkedin ?

Lire l'article
Découvrez comment devenir visible sur les réseaux 31 déc. 2018

Découvrez comment être visible sur LinkedIn en 3 étapes.Vous êtes-vous déjà demandé comment améliorer sa visibilité en dehors de son réseau personnel ?La communication par l’image est un levier important, on peut citer l’exemple de l’entreprise « AirBed & Breakfast », qui proposait de louer un « matelas gonflable avec un petit déjeuner » partout dans le monde. Cela envoyait une image de baroudeur pas forcément qualitative. Aujourd’hui Airbnb est présent dans 192 pays, 34 000 villes et propose 1,5 million d’annonces. Pourquoi ? Parce que cette incroyable performance a été réalisé en parti grâce à internet qui a donné l’accès à un réseau international, mais aussi parce que leurs offres sont devenues hautement qualitatives, agréable à consulter du fait de l’utilisation d’images à haute définition et d’un descriptif d’une clarté impressionnante.Aujourd’hui le réseau social Linkedin, est un formidable outil pour agrandir son réseau professionnel et mettre en valeur son expertise. Il permet en outre de directement dialoguer avec d’autres professionnels. C’est pourquoi votre profil se doit être attrayant et agréable à consulter. Il doit apporter de la confiance à ceux qui consultent votre profil. C’est tout l’enjeu de cet article afin d’avoir un profil hautement recommandable. Ci-dessous 3 étapes indispensables :1er étape : La photo de profilL’importance de la photo de profil vous rendra humain, attractif, l’idée est de vous faire apparaitre professionnel, comme vous êtes. Voici nos recommandations :Vous devez être seul sur la photo, être naturel. Évitez le lieu de vos vacancesHabillez-vous selon les codes vestimentaires de la fonction visée et de votre secteur d’activité.L’arrière-plan doit être neutre : Blanc, gris, noirEvitez de prendre une photo avec téléphone en selfie ou avec la webcam de votre ordinateur, ces optiques vont déformer votre visage.Utiliser si possible un appareil photo semi-professionnel, centrer l’image sur votre visage, évitez de montrer vos épaules comme sur une carte d’identitéRegarder l’objectif comme si vous regardez quelqu’un dans les yeuxRégler si possible la dimension de l’image sur 400 pixels par 400Si vous obtenez malgré tout un résultat moyennement qualitatif, nous vous conseillons de vous faire photographier par un professionnel habitué par les réseaux sociaux. Ainsi pour environ 30€ vous pouvez avoir une photo de qualité professionnelle, qui pourront être rentabilisé à l’avenir.2ème étape : La partie carte de visiteVous devez utiliser des termes accrocheurs qui susciteront l’intérêt chez les professionnels et qui recherche votre expertise. Mentionnez les points-clés de votre profil.Décrivez votre expérience professionnelle, utilisez des mots-clés pour détailler votre expertise, illustrez vos réussites avec des réalisations concrètes. Les mots-clés sont très importants puisque Linkedin va les indexer sur son moteur de recherche. Ainsi une entreprise qui recherche des critères correspondant à votre profil, il y aura de forte chance que celle-ci vous trouve facilement.Détailler un minimum vos diplômes, sachez que sur la tendance long terme seront à privilégier vos compétences par rapport aux diplômes. Restez honnête, à l’heure de la digitalisation les expériences mensongères sont vite démontrées.Nous vous recommandons d’afficher des contenus médias type vidéo, photos, et aussi vos offres de formations en ligne.3ème étape : Être recommandé par son réseauFaite appel à votre réseau et demandez-leur de recommander vos compétences sur Linkedin.Personnaliser l’URL de votre profil en indiquant votre nom afin de dynamiser votre présence en ligne. Le but de cette opération est de vous rendre visible sur les moteurs de recherche et donc par vos clients.Nous avons fini avec cet article, n’oubliez pas de rester naturel, soyez-vous-même avant tout. Comme disait Paul Bocuse : « Les deux secrets d'un succès : la Qualité et la Créativité ».Nous avons décrit comment devenir visible, découvrez les astuces pour booster votre profil Linkedin.Télécharger la check-list du profil Linkedin (Gratuit)

Lire l'article
Comment être formateur indépendant sans Datadock ? 30 juil. 2018

Formateur indépendant, Datadock, organisme de formation Parru en 2017, Datadock a pour démarche de simplifier les procédures administratives dans le domaine de la formation. Datadock permet de devenir un organisme de formation (OF) et d’être directement visible dans le catalogue des financeurs. Être OF, a pour avantage d’avoir une rémunération supérieure du fait que l’on est directement en relation avec les financeurs. Seulement en pratique, Datadock est devenu un enfer d’administratif, voir pour certains indépendant, l’impression de relever une épreuve « koh-lanta » ! Ainsi, le temps passé à réaliser des démarches administratives et répétitives est importante voir chronophages au quotidien pour un formateur indépendant agrée. Comment fonctionne le Datadock ? Est-il possible d’être indépendant sans s’occuper du Datadock ? Existe-t-il un système qui permet d’oublier ce carcan administratif ? Faisons le point ! Fonctionnement du Datadock Datadock est une base de données sur la formation professionnelle dans un but de montrer une certaine qualité de formation. Elle permet aux financeurs de la formation professionnelle de vérifier la conformité des organismes de formation via 6 critères de qualité définis par la loi. Après leur enregistrement sur Datadock, les formateurs indépendants doivent déposer des éléments de preuve liés aux 21 indicateurs, définis par les financeurs pour répondre aux 6 critères. « Une fois le contrôle de la conformité des pièces réalisé, les formateurs indépendants deviennent organisme de formation et sont « datadockés » par les financeurs. A disposition des organismes de formation, des entreprises et du public, datadock demande l'appréciation de la qualité des formations dispensées et doit répondre à six critères d’évaluation comme l’identification des objectifs de la formation, la qualification professionnelle des formateurs etc. » Datadock, une base de donnée chronophage  Par expérience, le temps alloué pour l’inscription Datadock est très important. La démarche d’inscription peut durer des semaines voir des mois. Il existe même des guides complets payants pour apprendre à utiliser Datadock ! A l’issue, le dossier d’inscription peut être refusé ou accepté du jour au lendemain du fait que les indications ne sont pas toujours très claires. Le vocabulaire, trop pointu pour certain est mal compris. Cela demande souvent d’être accompagné par un livre du droit pour comprendre les termes exacts ! Partant de ce constat, nous avons décidé de créer Ganapati ! Notre philosophie Nous souhaitons que les formateurs soient aux centres de leurs intérêts. Devenez votre propre patron, gérez votre emploi du temps et formez en toute liberté en ayant une rémunération supérieure à celle d’un organisme de formation traditionnel. Nous sommes là pour vous, inscrivez-vous et venez échanger sur notre groupe Facebook, vous êtes les bienvenus !

Lire l'article
Comment se former en tant que formateur 27 juil. 2018

Formateur, compétence, formationDepuis le 1er janvier 2011, les formateurs indépendants auto-entrepreneurs cotisent à la formation professionnelle, ce qui vous donne des droits pour se former à hauteur de 900 euros par an !Sachez que le montant de vos droits à la formation n’est pas proportionnel à votre chiffre d'affaires.Chaque auto-entrepreneur formateur cotise à la formation professionnelle. Le montant prélevé est proportionnel au chiffre d'affaires relevant du RSI soit 0,2 %Ainsi, chaque année, l'URSSAF vous adresse une attestation de contribution à la formation professionnelle, dans le cas contraire, celle-ci est disponible sur internet ou auprès de votre URSSAF :Le montant de vos droits à la formation dépend du code APE (Code d’Activité Principale) et géré pour chaque FAF (Fonds d’Assurance Formation). En l’occurrence, le code APE du formateur indépendant est le 85.59A (Formation continue d'adultes), et la FAF associé est la FIFPL (Fonds interprofessionnel de formation des professionnels libéraux). Le formateur indépendant profite d'une prise en charge annuelle (pour le 1er Juillet 2018) plafonnée à 900 € pour une formation courte, dans la limite de 300 € par jour pour une formation prioritaire.Les formations longues durée sont plafonnées à 70% du coût réel de la formation, limitée à 2500 € par professionnel pour les formations prioritaires et 1000 euro pour les formations non prioritaires.Les formations de formateur doivent être obligatoirement référencé dans le Datadock pour être pris en charge, comme le montre ci-dessous les criteres de prise en charge de la FIFPL.Pensez-vous utiliser votre CPF ou votre cotisation pour des formations de formateur ? Venez échanger avec nous sur notre groupe Facebook ! Si vous avez des questions, nous aurons le plaisir d'échanger avec vous Blog Evoportail : https://www.evoportail.fr/blog/2014/10/24/auto-entrepreneurs-utilisez-vos-droits-a-la-formationMinistère du travail : http://travail-emploi.gouv.fr/grands-dossiers/reforme-de-la-formation-professionnelle/CAP22 Service public : se réinventer pour mieux servir, nos 22 propositions pour changer le modèle

Lire l'article
Comment devenir formateur indépendant en 7 Etapes 26 juil. 2018

Formateur indépendant, devenir formateur, organisme de formationLa réglementation de la formation en France, nécessite une déclaration en tant qu’organisme de formation pour avoir l’obtention d’un numéro de formateur. Celle-ci est obligatoire pour devenir FPC (organisme de Formation Professionnelle Continue). Être FPC, permet de bénéficier du financement par les fonds de formation. La demande se fait en tant que personne physique ou morale auprès de la DIRECCTE de votre région, plus précisément au service du contrôle de la formation professionnelle.Lors du lancement de votre première session de formation, celle-ci doit se dérouler dans un délai de 3 mois après la signature de la première convention (bon de commande avec l’entreprise). Le premier bon de commande sera signée sans avoir obtenu le numéro de formateur, ce qui est normal.Sachez que cette déclaration est valable uniquement pour la formation professionnelle des employés ou des demandeurs d’emploi. Elle ne concerne ni les cours donnés dans le cadre d’un cursus de formation initiale (étudiants, écoliers ou apprentis), ni le soutien scolaire, ni les actions d’information, de conseil, de coaching, ni les thérapies de bien-être, ni les prestations de loisirs.Alors est-il possible de devenir formateurs indépendants en 7 étapes ? Quels sont les documents à présenter ? Voici 7 étapes clés pour devenir formateur indépendant !Constituez ce dossier et envoyez le tout à la DIRECCTE de votre région (susceptible de varier légèrement d’une région à l’autre)Étape 1) Posséder une entreprise : Devenir formateur indépendant nécessite d'avoir un numéro de Siret donc une entreprise. Nous vous conseillons de devenir autoentrepreneur pour avoir votre numéro de Siret en quelque jours seulement. Qui plus est, cela vous permettra de s’affranchir des frais de gestion TVA pour vos prestations. Étape 2) Remplir le formulaire de déclaration d’organisme de formation  (Cerfa n° 10782*04) : Déclaration organisme de formation cerfa_10782-04 (aidez-vous de la Notice d’aide déclaration organisme de formation)Étape 3) Compléter le certificat d’inscription à l’INSEE (avis de situation SIRENE) ou un K-bis de moins de 3 mois si sociétéÉtape 4) Signez une première convention de formation qui est simplement un bon de commande, signée avec une entreprise bénéficiaire, ou un premier contrat de formation signé avec un particulier (demandeur d’emploi par exemple) :Modèle officiel convention formation professionnelle continueModèle officiel contrat formation professionnelle continueÉtape 5) Fournir votre programme de formation proprement rédigé, décrivant :les objectifs de la formationle public concernéles prérequis nécessaires pour la formationle contenu pédagogique détaillé pour chaque jour de formationles modalités de contrôle des connaissancesen plus pour les formations à distance : le détail des séquences et de leur évaluation, la description des travaux demandés aux stagiaires et le temps imparti, les moyens d’organisation ainsi que les moyens d’assistance pédagogique et technique.Étape 6) Indiquer votre nom de formateur et joignez votre CVÉtape 7) Fournir un extrait de casier judiciaire du responsable de l’organisme de formation (cliquez ici pour en faire la demande en ligne)

Lire l'article
Le salaire et la carrière du soudeur 25 juin 2018

Article paru initialement sur le site emploi-pro.fr le 07/11/2016  | par Laure Martin Les soudeurs sont demandés dans des secteurs très variés Décider de devenir soudeur est à l’heure actuelle un bon choix de carrière. Le nombre d’emplois proposé chaque année tourne à environ 3000, dans des secteurs d’activité divers. D’après une étude de Randstadt, le salaire moyen du soudeur est de 1 579 euros. Si ce salaire n’évolue que de 1 %, il faut savoir que 16 % des soudeurs gagnent entre 1 700 euros et 1 900 euros et 8 % gagnent même plus de 1 900 euros par mois. Les petites entreprises rémunèrent généralement leur soudeur 6 % de plus que les grandes entreprises. Il y même une baisse affichée des salaires dans les grandes entreprises de -2.5 %. Par ailleurs, la prime à l’expérience reste forte puisqu’un soudeur de 50 ans gagne 15 % de plus qu’un soudeur de 25 ans. Le secteur le plus rémunérateur Au niveau des secteurs, le plus rémunérateur est celui des machines et des équipements qui permet d’atteindre 1718 euros mensuel. Quant aux meilleures régions, PACA arrive en tête avec 1842 euros, soit 17% de plus que la moyenne des soudeurs au national, suivi de la Haute-Normandie avec 1 827 euros et enfin de l’Ile-de-France avec 1 689 euros.  Se spécialiser En France, la plupart des 50 000 soudeurs sont salariés, et environ 3000 emplois se dégagent chaque année. Le métier de soudeur s’exerce dans de très nombreux secteurs industriels tels que l’industrie et le transport naval, l’aéronautique, le transport ferroviaire, l’énergie, l’agroalimentaire, le chimique et pétrochimique, les ouvrages d’art, la maintenance, l’industrie agricole ou encore le bâtiment. Nucléaire, aéronautique, recherche... Aujourd'hui, des secteurs comme le nucléaire, l'aéronautique et la recherche pétrolière sont en quête de soudeurs hautement spécialisés. Le soudeur qui se spécialise aura d’ailleurs plus de chance de voir sa carrière évoluer au sein d'une entreprise. D’autant plus que l'automatisation a diminué considérablement l'offre d'emploi d'une main-d’œuvre peu qualifiée. Cette exigence s'ajoute à celle des secteurs traditionnellement demandeurs : bâtiment, automobile, sidérurgie, agroalimentaire, chimie, aéronautique, construction navale et ferroviaire... A noter que contrairement aux idées reçues c’est un métier qui se féminise de plus en plus. Et il faut savoir que l’insertion des soudeurs débutants est relativement facile sur le marché du travail.

Lire l'article